La communication est un outil magique pour être.

Pourquoi la communication est un outil magique?
La communication est un outil magique pour se comprendre, se faire comprendre, échanger, collaborer, essayer, ajuster, se soutenir, s’entraider.

C’est magique et « Fantomas » m’a permis de m’approcher de cette magie à un autre niveau.
Je ne savais pas que ce niveau existait, je le découvre, du moins je découvre un sous-niveau, un passage secret.

J’ai emprunté de nombreuse fois ce niveau et rien, rien de visible, rien de perceptible jusque là.
Je m’explique :

Ce n’est pas parce que nous ne voyons pas ou ou que nous ne ressentons pas, que cela n’existe pas.

La communication, nous pouvons la voir, l’entendre, la sentir, la ressentir, la vivre et au travers de celle-ci y ressentir tout au fond de soi, un tout petit truc souvent indescriptible. Et qui même, lorsque nous tentons de le ou la décrire, disparaît et nous met dans un état complexe à vivre.

Qu’est-ce donc que cette chose, cet élément qui vient surplomber ce tout?
C’est une chose, un élément qui se transmet et même se donne, mais par qui, par quoi?
Dans tous les cas, une fois acquise, elle dure, elle est solide et surtout elle permet de se sentir à l’aise dans n’importe quelle situation ou du moins plus à l’aise et stable.

Maintenant, si cet élément est conditionnel alors, la stabilité de celui-ci varie du mieux au pire sur le résultat.
Et dans le pire des cas, si je suis dans le déni de cet élément et chose, alors je me laisse trimbalé par le « syndrome de l’abandon, le faux self », comme nous avons pu le voir de manière plus approfondi dans les précédents articles de « Fantômas ».

Et c’est une chose horrible à vivre, de sentir, ressentir ressentir ces sensations et même à dépasser, pourquoi?
Je vais dire tout simplement, alors que cela a été pour moi d’une grande complexité, à comprendre puis à l’intégrer en moi et à le creuser.
Pour y arriver, il m’a fallu de l’obstination, de la persévérance, de l’opiniâtreté, de l’envie, de l’intention pour me prouver que j’y avais le droit et même que je mérite cet élément.

Pour atteindre ce résultat, je devais changer quelque chose en moi, mais quoi donc?
– Arrêter de m’abandonner et me choisir.
– Arrêter de cultiver ce faux-self pour m’ouvrir à moi, au vrai moi.

Je ne savais pas faire, ce qui est vrai et faux.
Vrai, car je n’utilisais et ressentais quasiment plus ce vrai moi.
Et faux, je l’ai au moins utilisée et ressenti au moins une fois dans ma vie.

Donc grâce au temps que j’ai partagé avec « Fantômas » nous avons pu commencer à communiquer.
J’ai alors senti et ressenti à nouveau ce petit élément.
Oui c’est chiant de ressentir quelque chose qui est en nous et qui pour autant reste sans nom, dans l’ombre, dans l’inconnu.

Habituellement, je n’aurais pas franchi le pas. Sauf que là, je sentais que c’était différent.
Je sentais et ressentais plus de présence de cet élément, de ce petit truc.
Donc je me suis dis aller, j’y crois, j’y vais et nous avançons avec « Fantômas ».

Ainsi, un super boulot de communication a commencé avec « Fantômas » et c’est un autre niveau que je découvrais, puisqu’une collaboration opérait dans la lumière et dans l’ombre.
Au début, cela n’était pas flagrant.

J’ai profité de cet « espace » nouveau, pour cette fois communiquer avec une autre « partie » qui se trouvait en moi et dont je n’avais que peux d’éléments concrets, plus des sensations.
C’était un début, je tenais un point de départ, il ne me suffisait plus qu’à suivre le « fil d’Ariane « .
J’ai alors commencé à communiquer petit à petit avec moi à voix haute, de manière écrite, certains diront que ca ne sert à rien, même moi, je me le suis dit et même reproché.
Sauf que je sentais plus grandement, ce petit truc, ce machin et pour autant je savais que je me devais d’être patient, pourquoi?

Car aller plus vite que la musique ne mène à rien de bon, si ce n’est qu’à une véritable cacophonie, qui débouche à une incompréhension, une frustration et une cassure qui peut-être irréparable. Je parle au titre de diverses expériences passées car si l’un veut réparer et pas l’autre, c’est mort, ça ne se fait pas, ou encore ça ne tient pas, ou encore un schéma d’instabilité règne.

Alors je tenais à respecter cette partie en moi. Et ne serait-ce que faire cela, c’était un pas immense vers moi et pour moi. Je le devais au dévouement de « Fantômas », car est-ce que j’aurais fait ce pas si cette espace ne c’était pas créé?
Peut-être? Mais quand? Et comment? Car je n’avais pas de manuel d’utilisation pour apprivoiser ce truc, ce machin.

J’ai eu ou bien même créé cette opportunité avec « Fantômas » et je l’ai saisie.
Pour la saisir, j’ai utilisé ce premier outil qui est « magique » car il permet de tout résoudre dès lors qu’il est pratiqué et non simplement stocké en soi.
Et au plus il est pratiqué, au plus il est maîtrisé, ce qui a pour conséquence des « miracles ».
Oui car cet outil permet d’obtenir des résultats simplement fantastique et en bonus développer ce « truc machin chouette, cette sensation » qui tapissais et tapi dans l’ombre tant que je l’ignore.

Donc grâce à la communication interne et externe, avec « Fantômas », aux randonnées, aux étirements que j’ai mis en place, j’ai pu faire la connaissance avec cette partie en moi.
Il s’agit de « la confiance », en prenant confiance en moi, il est plus facile de le faire avec les autres de manière sereine et stable.

Ce qui a pour conséquence de s’ouvrir avec plus d’aisance à l’inconnu.

Au plus je m’ouvre avec confiance en moi, au plus la vision de ma vie s’ouvre et au mieux je sais ce que je veux. Cela devient magique et des opportunités se créent et se présentent à moi.

Alors que dans le cas contraire, lorsque cette confiance en moi est faible, j’ai du mal à sentir cette confiance et même à la ressentir. Ce qui fait que la vision de ma vie est limitée, me laissant ainsi la sensation que peu ou pas de choix me sont offerts.

Aujourd’hui, je m’aperçois à un autre niveau que c’est faux, car « j’ai toujours le choix ».
Je dis bien, à un autre niveau, car avant je concevais que j’avais toujours le choix de manière intellectuelle, autrement dit dans la théorie.
Là, j’ai décidé de sortir de la théorie pour entrer dans l’expérience, et d’aller explorer cette « confiance » que je découvre à un autre niveau.

C’est dingue de voir, sentir et ressentir que lorsqu’un niveau change dans ma vie, tous les autres niveaux sont impactés et changent aussi à leur tour. Ce qui a pour conséquence un effet multiplicateur.
Les petits pas qui font de petits pas. C’est wouah, magique 😀

Ainsi ma confiance en moi grandie, je me sens plus serein et plus apte à vivre l’inconnu.
D’ailleurs, la raison pour laquelle, j’écris cet article, c’est que « Fantômas » m’a envoyé un message pour me dire qu’il ne lui est pas possible de rédiger d’article cet semaine.

Wouah quel cadeau j’ai eu là, je me suis senti chanceux d’être prévenu 2 jours à l’avance, ce qui me donne matière faire et surtout le temps de rebondir.

Merci « Fantômas », pour ton implication, ta confiance, ton engagement, merci.
Et merci à cet outil magique qu’est la communication. 😀








Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.