Comment Expliquer, ce qui ne s’explique pas?

Déjà mettre des mots à ce questionnement est un pas énorme vers la réponse.
Maintenant voyons plus en profondeur pour y voir plus clair.

Voilà, « ce qui ne s’explique pas », se sent, se ressent, se vit.
. Vu et Dit Comme cela, c’est simple.
. Mais mettre des mots, peut-être d’une complexité extrême,
. Et c’est souvent à ce moment que notre corps, nous aide à sa façon, pour expliciter et exprimer cela.

. Comme je l’ai souvent entendu, je vais vous le partager:
– « Tout ce qui est réprimé est compulsé. »

Il y a beaucoup de choses que je n’ai pas su exprimer et qui pour autant étaient importantes, vraiment importantes pour moi.
Et à Force de les avoir passé sous silence, je récolte les conséquences.
Les conséquences sont souvent des urgences pour apprendre à sentir, ressentir, ce que je vis dans mon corps, pour être aligner à ma vie.

Par exemple, hier, je me suis sentis « harponné » par une personne dans ces dires,
Je n’ai pas su agir, ni réagir de peur, d’entrer dans un conflit que je ne maîtrise pas,
Le temps est passé et dans la nuit,
. Mon corps, c’est manifesté dans mon sommeil au travers, les rêves, cauchemars,
. Douleurs dans l’épaule, fessier,
. Et impossible de ne me réendormir.

Maintenant, si j’avais parlé, agi ou bien réagi.
Est-ce que le résultat de cette nuit aurait été le même?
Peut-être.

Cependant et avec du recul, j’apprends à observer le schémas qui se joue et rejoue en moi.
. Car tant que je n’ai pas compris les choses,
. J’ai de la chance,
. la vie me sert à nouveau le « même plat », avec une sauce différente,
. Sauf que si j’enlève la sauce, je vois que le fond est le même.

Voilà, pourquoi je dis que nous allons y voir le « je ne sais pas quoi » plus en profondeur.
Sans sauce,
Sans superficiel.

Au début, cela est fade et peu habituel au goût.
Donc souvent et bien souvent, je lâchais l’affaire.
Sauf que le temps passe, les jours passent, les années passent et moi,
. Je réprimais le fond, je ne voulais pas entrer en profondeur, car ça fait peur.

Alors mon corps, me donne un coup de pied au cul, pour me bouger.
. Mais comment?

Est-ce que dans l’urgence, le comment tu t’en occupes?
Est-ce que dans l’urgence, le comment je m’en occupe?
Est-ce que dans l’urgence, le comment nous nous en occupons?

Non, nous le faisons.
Et fait et mieux que parfait.

Sauf, que je commence à sentir et ressentir dans mon corps,
. Que ce n’est pas l’urgence qu’il veut que je gère.
Car il n’y a guère d’urgence à réaliser cela.

Mettre des mots sur l’urgence, c’est facile.
. « T’as mal là, alors prends ça et fais ça. »

Par contre, pourquoi tu as mal là?
Pourquoi as-tu fait telle action, à tel moment?
Que recherchais-tu en réalisant cette action?
Que veux-tu montrer en réalisant cette action?
Qu’est-ce que cette action t’apporte?
=> Et j’en passe car tout cela prend un temps fou,
. Pour aider la personne à sentir et ressentir ce qu’il vit et pourquoi il le vit dans son corps.

Et la complexité, C’est qu’il n’y a pas un mode d’emploi générique pour l’accès à la profondeur qui mène ensuite à la clarté.

Le générique n’est valable que pour le superficiel, l’urgence.

Il y a donc une bascule, un paradoxe qui opère.
Il y a Un moment clé, pour passer d’une étape à une autre.
C’est ce moment, là précisément où il faut se lancer.

Donc pour explique ce qui ne s’explique pas, lances toi.
Essayes, oses, ce qui vient de toi pour te créer au fur et à mesure de tes essais….

…. UN TOIT suffisamment grand, solide qui tient à toutes épreuves pour que tu sois,
. Bien avec toi en toute circonstances.

Ainsi, à la fin, ce qui ne s’explique puisse être en mesure d’être expliquée de manière personnalisée à chacun avec le temps et la forme nécessaire pour voir clairement sa profondeur d’ÊTRE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.