« Je suis en colère. »

Etre en colère : à qui cela n’arrive-t-il pas ?
Souvent, pour que j’en arrive à ce stade, à ce ressenti, à cette émotion, à cette sensation désagréable à vivre, c’est qu’il s’est passé une succession de choses, des situations vécues, ou même des mots que j’ai entendus… J’ai alors naturellement besoin/envie de dépasser ma colère, pour avancer, sortir de cet état de souffrance dans lequel me plonge ma colère.

Quand tout va bien pour moi, je ne me demande pas « comment gérer cette colère ? » puisqu’elle n’est pas là. Elle ne se manifeste pas et je ne souhaite pas non plus la vivre, car d’après les « on m’a dit », la colère n’est pas vraiment une bonne solution pour avancer dans la sérénité et la stabilité sur le long terme.

Pourtant, d’après ce que je remarque, beaucoup de personnes sont en colère. Alors pourquoi me dit-on de ne pas l’être ?

Est-ce un secret, la colère ?
Qui aime la colère ?
Comment gérer la colère ?
Où mène la colère ?
A quoi sert la colère ?
Pourquoi la colère ?
Pour quoi la colère ?
Pourquoi est-ce utile de se poser tant de questions sur la colère, alors que c’est quelque chose dont je ne veux pas ?!

Est-ce que la colère que je ressens et que je peux exprimer (ou réprimer), m’aide à prendre ma place, dans la vie et dans ma vie ?
Si je ne fais que de me poser des questions sur l’origine de ma colère, je ne pourrais pas réussir à la dépasser et à avancer. Prenons des exemples de questions qui entretiennent notre colère :

– « Pourquoi est-ce qu’il (elle) m’a fait/dit/reproché cela !? » : on est en colère après l’autre, on rend l’autre responsable de notre colère, on se dit que « c’est de sa faute ! »

– « Pourquoi est-ce que j’ai dit oui/fait/pas fait ça ?! » : on est en colère contre nous et notre incapacité à dire non. On ne comprend pas comment on en est arrivé là et on se sent frustré.

Pour remédier à la colère qui vient nous traverser, est-ce utile de nous focaliser uniquement sur ce genre de questions, sur les causes qui pourraient en être à l’origine ? Bien sûr que non, car ce qui est « est ». Le passé est passé. La colère que vous ressentez présentement est un fait et rien d’autre.
Pour donner un sens à cette colère, vous pourrez créer toutes sortes d’histoires possibles, mais seule, notre interprétation pourra être erronée.

Quand je suis en colère, je suis à la croisée de deux chemins : celui du « oui » et celui du « non ». Pour remédier à ma colère, je dois donc prendre une décision, mais laquelle ?
Si je n’arrive pas à me décider, alors je me renseigne, je collecte et relève de nombreuses informations sur l’un comme sur l’autre :

– « Si je dis « oui », ça fait quoi ? »
– « Si je dis « non », ça fait quoi ? »

C’est déstabilisant, car contrairement à ce que j’avais initialement imaginé (que les réponses seraient simples à trouver), je me suis vite aperçu qu’elles étaient bien plus complexes que ça.

Utopie et/ou paradoxe, j’ai fini par prendre conscience que ma stratégie de prendre un maximum d’informations, dans le but de prévenir, de dépasser et de rejeter la colère, n’a en réalité fait qu’attiser ma colère.

Mais que s’est-il réellement passé dans ce tour de passe-passe ?

Certains disent que « oui », la colère est utile et même indispensable, alors que d’autres vous diront que « non », elle est à rejeter, à bannir et à exterminer.

J’ai alors mené ma petite enquête, et après avoir bourlingué entre l’une et l’autre, pour choisir, je me suis rendu compte que les deux points de vue se valaient.

Maintenant, des nuances sont à mettre en avant, entre l’un et l’autre point de vue. Il n’est plus question pour moi d’être aussi radical comme j’ai pu l’être il fut un temps.

Alors quoi choisir ?
Ludivine et moi-même avons abordé au cours de nos précédents articles, une approche tant sur le « choix » que sur comment percevoir et ressentir cette sensation du choix qui est propre à chacun ? 

Je vais tenter de vous transmettre ce que j’ai pu retirer de cette superbe expérience que Ludivine m’a permis de réaliser, en prenant tant la gestion de mes articles ainsi que leur rédaction. 
C’est une superbe opération qui a été réalisée avec brio, puisque Ludivine a commencé au cours des semaines précédentes à prendre de plus en plus sa place, jusqu’à finir par prendre sa place en passant par une certaine forme de colère. (Elle vous parlera très certainement de son cheminement dans son prochain article.)

Pourquoi, j’emploie les mots « forme de colère »?
Tout simplement car au cours de mes dernières expériences, j’ai découvert que la colère n’avait pas qu’une seule forme, mais qu’elle en avait en réalité une multitude ! Je ne mets volontairement pas de nombre exact, car je découvre encore aujourd’hui de nouvelles formes de colères et c’est « wouah ! », c’est extraordinaire !
La colère peut être petite, grande, profonde, superficielle et nous pouvons même y mettre des couleurs. Celle qui ressort le plus souvent est le « rouge » : « je vois rouge », « je suis rouge de colère… »

Lorsque je me trouve dans cet état de colère, mon attention ne parvient plus à être portée sur ce que je veux exactement au fond de moi, surtout si je retiens cette colère, que je ne la laisse pas sortir, que je n’arrive pas à l’exprimer.
Je créé comme une sorte de bouchon en moi, pour contenir cette colère et faire comme si de rien était.

Maintenant, si vous voulez changer votre état de colère, il est impératif de changer quelque chose pour obtenir un apaisement en vous. Car bien sûr vous pourrez tenir un temps comme cela, mais tôt ou tard votre digue de protection ne suffira plus pour contenir votre colère qui s’accumule, et elle finira par céder.
Tout comme la poubelle de notre cuisine, si nous ne la vidons pas régulièrement, elle se remplit et finit par déborder.

« Tout ce qui est réprimé est compulsé. »
Et oui, parce qu’à force de retenir les choses, cela finit par péter et sortir à l’extérieur, et même souvent sur l’extérieur (les autres). Les émotions, surtout celle de la colère, doivent être gérées en temps et en heure afin de ne pas en arriver au stade où vous serez submergé par un raz-de-marée de colère.
D’autant plus que si vous laissez les choses arriver au stade où vous n’en pouvez plus, à la compulsion, elle sera difficilement maîtrisable. A n’importe quel moment et circonstances, sans prévenir, vous risquerez d’exploser !
Cela est plus fort que nous, ça sort et surtout : ça sort parce que ça a besoin de sortir. 
Quelque part, la nature reprend ses droits et une fois que cela est sorti, nous nous sentons mieux et apaisé dans le meilleur des cas.


La meilleure solution que j’ai observée : Vivre la colère que l’on ressent, se laisser traverser par celle-ci du mieux que nous pouvons, nous autoriser à éprouver de la colère. Nous avons su le faire enfant, où nous savions nous exprimer lorsqu’une situation nous contrariait ou lorsque nous avions vraiment envie/besoin de quelque chose. Alors tentons de le refaire, avec cette fois nos yeux d’adulte.
Les résultats sont exceptionnels, essayez, vous verrez.
Quand vous vous interdisez la colère, elle est absente pendant un long moment mais apparaîtra subitement et dans des mesures disproportionnées.
En vous autorisant la colère, vous ne la verrez rarement grandir et elle sera simplement juste, et toujours à sa juste place.

Et vous les amis, comment gérez-vous votre colère ?

« Bien » choisir

« Bien » choisir, mais qu’est-ce que cela veut dire ? Que nous pouvons aussi « mal » choisir ? Mais qu’est-ce que « choisir » finalement ? Que de questions se posent sur ce thème du choix…

Nous en avons parlé cette semaine avec Jérôme. La discussion a notamment tourné autour d’un choix d’achat, d’investissement qu’on avait fait puis regretté par la suite, pour x raisons.

Nous avons donc échangé sur ce qui permettait d’aller au-delà de ce sentiment de regret. Parce qu’on a tous sûrement déjà vécu cela : On regrette d’avoir fait ce qu’on a fait, d’avoir dit ce qu’on a dit, d’avoir choisi ce qu’on a choisi. Il est possible également qu’il nous soit arrivé de rendre responsable un Autre de la situation pour laquelle on éprouve du regret. On pourrait même parfois nourrir de la rancune à son égard.

Mais encore, on s’est probablement déjà tous dit aussi qu’on était « trop nul(le) ! » d’avoir agi comme ça, « de ne pas y avoir pensé avant ! ». Bref, on s’est (encore !) rabaissé, déprécié, dévalorisé pour ce choix qu’on avait fait…

Choisir, ce n’est donc pas simple… Vous connaissez l’expression : « Choisir, c’est renoncer. » ? Elle est attribuée à André Gide. On est donc arrivé à admettre pour vrai que lorsqu’on dit « oui » à quelque chose, on dit « non » à une autre. On arrive à le croire, aussi parce qu’on nous a appris qu’on « ne pouvait pas tout avoir ! » C’est soit ça, soit ça, pas les deux. Ces croyances sont encore bien ancrées dans notre mental.

Au fil de notre échange, cela m’a rappelé un précédent article de Jérôme, sur le fait de faire des choix et de les affirmer. En voici deux extraits :

Peut-on dire « Oui » à tout ?

« D’un coté, si j’en prends trop à ma charge et que je dis « oui » à tout, je ne serai pas en mesure d’assumer pleinement ma vie, puisque j’en aurai trop à faire. J’ai fini par me rendre compte que je prenais tout à ma charge, car c’est ce qu’on m’avait appris à faire. Je ne savais pas que je pouvais faire autrement, et surtout que j’en avais le droit.
En prenant la responsabilité de tout, pour tout, je suis finalement rattrapé par les événements et mes engagements, je ne deviens plus du tout capable de les assumer. J’entre dans une forme de dépendance totale : de l’autre envers moi, de moi envers l’autre. Automatiquement, des frustrations de part et d’autres naîtront, comme des tensions.
Et cela finira par devenir de la dépendance à l’extrême. »

Peut-on dire « Non » à tout ?

Voici encore un extrait du même article cité précédemment.

« De l’autre coté, si je ne prends rien et que je dis « non » à tout, je ne créerai plus de relation, ce qui fait que je n’aurai plus rien à assumer.
Cela devient de l’indépendance à l’extrême. »

Il s’agira donc de trouver un juste équilibre entre le fait d’accepter (et de s’engager !) et celui de refuser de faire quelque chose…

Faire un choix, c’est « dur » ! Oui, c’est vrai de prime abord : Parce qu’on a bien souvent peur de se tromper, de ne pas être à la hauteur (de décevoir). On a peur de l’inconnue, car on n’a alors plus nos repères habituels.

Figurez-vous que, ce matin, mon regard a été attiré par un autocollant affiché dans ma salle de bain depuis quelques mois. C’est à propos du choix. Il y est écrit :

« L’important n’est pas ce qu’on choisit, mais le fait de choisir. »
Roman KRZNARIC

Parce qu’au moment où nous prenons une décision, où nous faisons un choix, nous optons pour la solution qui nous semble le mieux convenir à notre situation. Sur l’instant. Car nos choix peuvent ne pas tenir dans le temps. Ils peuvent évoluer.

On peut par exemple s’apercevoir au bout d’un moment, que notre choix a été influencé dès son origine. Revenons à l’exemple de l’achat dont nous parlions en introduction, celui qu’on peut regretter après coup.

Bon nombre de techniques de marketing existent pour vous faire acheter un produit. Par exemple, celles qui induisent en vous un sentiment d’urgence : « Profitez de notre super offre avant minuit ce soir ! » « Demain, il sera trop tard ! » « Les bonus seront seulement pour les 10 premiers inscrits ! » etc.

En fonction de votre situation : affective, émotionnelle, financière, sociale…etc, vous pourrez être vraiment tenté(e) d’acheter ! Quitte même à vous endetter… Saviez-vous que 50% des gens qui achètent sur internet (des formations en ligne) ne les suivent même pas ?

Les vendeurs eux, ont mis en avant les points forts de leur produit, ont réussi à vous toucher émotionnellement, puis vous achetez ! Bingo !
Petit rappel en passant : si vous espérez du changement en achetant une formation, appliquez bien les conseils qu’elles vous donnent. J

S’il vous arrive donc de regretter d’avoir fait un choix, d’être déçu de celui que vous avez fait, rappelez-vous de ce qui a fait que vous vous êtes lancé dans ce projet à l’origine, de pourquoi vous aviez fait ce choix. Revenez à l’enthousiasme et à l’entrain du début.

On vient donc de voir ci-dessus, que nos choix peuvent être influencés (les marketeurs qui jouent avec nos émotions internes) et sont influençables (ils peuvent changer avec le temps).

Alors comment (re)trouver de la stabilité face aux conséquences de nos choix ?

Quand on ne se connaît pas bien, on aura cette tendance à changer / évoluer dans nos choix, à les regretter longuement, à en vouloir à d’autres…etc.

Retrouver de la stabilité sera nécessaire pour retrouver notre pouvoir de choisir en pleine conscience et en toute connaissance de cause et afin de ne jamais le regretter plus tard.

Ce qui permet de retrouver cette stabilité pour « bien choisir », c’est d’abord le fait d’avoir une bonne connaissance de soi.

Bien se connaître permet de savoir qui on est et ce qu’on veut vraiment. Ainsi, on fait ses choix puis on les assume pleinement. On en prend l’entière responsabilité, quitte à perdre les choses qui ne nous conviennent pas ou plus. Quand on assume, on n’a de toute façon plus peur de perdre ce qui ne répond plus à nos aspirations, ce qui ne nous correspond plus.

On le répète souvent ici dans le Code de La Vie, mais il est important de mettre notre attention et de nous concentrer là où on a du pouvoir. Où avons-nous du pouvoir ? Seulement sur nous-même, pas sur les autres…

On l’a vu, l’extérieur peut avoir de l’influence sur nos perceptions, mais pas si on se connait bien. D’où l’importance de prendre le temps de bien se connaître.

Comment bien se connaître ?

Cela prend le temps, mais il est bon de prendre ce temps pour se retrouver avec soi et aller voir ce qui se passe dans notre intérieur, de rentrer en contact avec notre intérieur.

Prenons donc le temps de faire le point, en nous mettant dans un endroit calme. Avertissez votre entourage (avec bienveillance) de votre besoin d’être au calme, tranquille, qu’on ne vous dérange pas. Peut-être risque-t-il de vous montrer leur incompréhension… Passez au-dessus de leur réaction : Vous n’êtes pas en train de les rejeter, vous avez juste besoin de faire de vous la priorité n°1 pour une heure ou deux. Ce n’est pas dramatique.

Se retrouver, pour faire le point et apprendre ainsi à mieux se connaître, évite aussi de tomber dans le piège suivant : celui qui consiste à attendre que la personne avec laquelle je suis en conflit aille chercher elle aussi (et en premier, tant qu’à faire !) à l’intérieur d’elle-même. On ne peut être responsable que de nous-même, pas de l’autre.

Pour aller mieux, il est vain d’attendre que l’autre change d’abord, ou que seulement lui le fasse. Vous retrouver avec vous-même, vous faire confiance, peser le pour et le contre, vous permettra de prendre la décision qui vous convient, de faire votre choix. Un choix que vous assumerez quoiqu’il arrive, puisqu’il vous ressemblera.

Co-création : Qu’est-ce le Code de la Vie ?

Qu’est-ce qu’un code ? A quoi cela sert-il ? 

C’est le sujet sur lequel Jérôme et moi avons échangé dans le but de co-créer cet article. Je vous partage donc ici le fruit de nos échanges et de nos réflexions communes.

    Le code est très souvent une combinaison de chiffres ou de lettres, voire des deux. Il permet de débloquer par exemple le cadenas qui protège votre vélo ou celui de votre journal intime. Il est aussi ce qui permet d’accéder à votre « espace personnel » pour consulter l’état de vos comptes en banque, ou faire le point sur votre consommation d’énergie au cours de ces derniers mois.

    Le code, c’est également un langage. Il permet notamment de créer des programmes informatiques. Pour comprendre ce code, on doit l’apprendre. On doit comprendre ce qu’il est, ce qu’il veut dire, et ce à quoi il fait référence. En résumé, c’est quelque chose qu’on doit connaître, pour ensuite l’utiliser correctement, de la façon qu’il (nous) convient. 

   Le code, c’est enfin un manuel : il nous donne des consignes ou fixe un cadre ou des limites à ne pas enfreindre. On pourrait prendre pour exemples le Code de la route ou celui du travail. 

Mais alors, qu’est-ce que le Code de la Vie ?

Continuer la lecture de « Co-création : Qu’est-ce le Code de la Vie ? »

L’expérience,

L’expérience,

Pourquoi l’expérience?

Pour entamer se sujet révélateur et enrichissant, nous allons voir dans un premier temps sa définition, avec le dictionnaire de l’internaute pour y mettre de la clarté.
Puis nous entrerons plus en profondeur dans ce mot pour y explorer les coulisses. Déjà au travers quelques citations en lien avec l’expérience puis plus concrètement, avec ce que nous apporte « l’expérience » d’un point de vu positif et d’un autre négatif.
Pour au final prendre du recul et observer ce que nous apporte le plus simplement possible l’expérience.

Continuer la lecture de « L’expérience, »

La fin arrive à grand pas.

La fin arrive à grand pas.

Pourquoi dire cela?
. Enclencher une réaction, une réalité qui nous ramène dans la vie, dans ce qui est.
Qu’est-ce que cela veut dire?
. Pas de retour en arrière possible.
Pourquoi ressentir cette sensation?
. La pression vécue à ce moment là est grandissante et s’exprime par une sensation ressentie.

Allons voir un peu plus et peut-être plus en profondeur, pour y voir plus clair.

Continuer la lecture de « La fin arrive à grand pas. »

« Assumer. »

« Assumer. »

Ce mot me fascine aujourd’hui alors qu’il fut un temps, il m’effrayait et donc je le fuyais comme la peste.

Je me rends compte aujourd’hui qu’il n’est pas évident de retranscrire des émotions, des ressentis avec de simples mots.
Une émotion et un ressenti,dans une réalité, cela ne s’explique pas car ça se vit.
A nouveau je retombe dans la théorie et la pratique. De la théorie à la pratique, il y a un monde. Tout comme un homme et une femme.
En cherchant, à expliquer à un homme comment être homme? Et à une femme comment être une femme? Le tout sans l’ÊTRE réellement, cela créer un véritable bordel mental et je pèse mes mots et plus particulièrement « BORDEL ».
Qu’est ce qu’un « BORDEL », comment le voyons nous? Comment le ressentons nous? Sommes nous alaise avec ce mot? Et pourquoi ce mot?
Effectivement pourquoi ce mot?
Car si vous ne le vivez pas, alors vous ne pourrez jamais réellement parler en connaissances de causes et plutôt en connaissances mentales.
Oui, j’avoue que celles-ci servent pour la compréhension et la prise de recul.

Mais sincèrement, comment prendre du recul de quelque chose dont je ne suis dedans?
Nous tombons dans un questionnement du style l’oeuf ou la poule en premier?
Ou encore le serpent qui se mord la queue et il ne le sait même pas.

Quelque part, je cherche une réponse à l’extérieur de « MOI », ce qui fait que je ne peux jamais réellement avoir de certitude car je ne sais pas étant donné que je ne sens pas et surtout si je ne ressens même pas la question, ni le poids des mots.
Cela à pour conséquences de retomber dans une forme de « BORDEL » que je fuis et que je ne cherche pas à vivre car j’en ai peur.

Je pourrais employer un autre mot pour décrire ce « BORDEL », par exemple avec le « CHAOS ».
Sincèrement qui aime le « CHAOS »? C’est comme les inconnus, nous apprenons depuis notre plus jeune âge à nous en méfier.
POURQUOI donc? POURQUOI BORDEL DE MERDE?

En fait, c’est assez simple, nous utilisons majoritairement un seul mot pour une chose bien spécifique, bien précise

Alors je me suis dis: « Pourquoi je fuis ce mot? »
Et je me suis rendu compte petit à petit que ce n’est qu’un mot et un mot ne peut à priori rien me faire.

A l’époque, je ne comprenais pas car ce mot qui était employé vers moi du style: « es-tu réellement sûre que tu vas assumer ce qui vient derrière? »
Et comme je ne savais pas ce qui venait derrière alors, j’avais peur, mais peur de quoi concrètement?
« l’inconnu » et le comble dans tout cela c’est que depuis tout petit, j’apprenais que je devais me méfier des « inconnus ».
Se méfier, fait appel au sens de la peur
C’est ça en fait, à l’époque j’avais peur

C’est un mot, une action qui mal compris, ou encore pris à légère peut entraîner de drôles de surprises, bonnes comme mauvaises.

Nous allons dans un premier temps définir ce mot « assumer » grâce au dictionnaire de l’internaute pour y mettre comme à son habitude plus de clarté.
Puis nous verrons à quel moment celui-ci entre en action dans nos vies.
Et enfin nous prendrons du recul par rapport à ce qui aura été vu au travers toutes ces explications.

1- La définition du mot « assumer », selon le dictionnaire de l’internaute.

« assumer , verbe transitif
Sens 1 Prendre la charge, prendre à son compte.
Sens 2 Accepter sa responsabilité, prendre sur soi.
Synonymes : accepter, endosser, prendre « 

2- voyons à quel moment l’action « assumer » entre dans nos vies.

« Assumer », comme son nom l’indique c’est une action de prendre la charge à son compte. D’accepter de manière connue ou non la responsabilité qui en découle, en sa propre personne.

Plusieurs cas de figures sont possibles, cependant voyons à partir de quand cela commence exactement? 
La réponse est simple et évidente, pourtant elle peut être rejetée par celui même qui l’a accepté au début.
Il s’agit tout simplement de la naissance.
– Nous finissons par assumer consciemment ou non de ne plus loger dans un même lieu (le ventre de la maman), de ne plus se nourrir de la même façon (nourriture différente et conduit différent).
Cela s’appelle l’évolution et l’adaptation, nous finissons par l’assumer et si ce n’est pas le cas, alors nous finissons par nous éteindre plus ou moins rapidement.

Dans assumer, il y a bien cette notion de « prendre à sa charge sur soi ».
Hors, est-ce que tout ce que je prends à ma charge est réellement choisi par moi?
Ai-je pu choisir en ayant conscience et connaissance de cause?
Ai-je eu mon mot à dire?
Si ce n’est pas moi qui le choisi, dois-je le prendre à ma charge? Et dois-je en être responsable?

Qui paie la facture? Les conseilleurs ou les payeurs?
Les conseilleurs se contentent logiquement de conseiller et pourtant connaissons tout d’eux? Est-ce vrai ou faux ce dont ils nous conseillent?
Les paroles sont du vent.
Les actions passent par du concret et de l’expérience. C’est alors à ce moment là qu’intervienne les payeurs.

« Assumer », pour moi c’est être avant tout un « payeur » qui grâce à son investissement du début sera en mesure de conseiller par la suite.
Il sera passé sur le terrain et par du concret. Autrement dit il aura de l’expérience.

3- Prenons du recul.

Qui assumes tout?
Nous apprenons à déléguer et donc quelque part, nous apprenons à reporter une par de notre responsabilité.
Est-on en mesure d’assumer que cela ne soit pas fait comme nous l’attendions? Et est-on prêt à payer la facture sans rejeter pleinement la faute sur l’autre?

Assumer quelque chose, c’est bien qu’il y a un impact vis à vis de soi et aussi vis à vis des autres personnes qui nous côtoient.
Cela veut dire que dans tout les cas, une relation consciente ou non c’est établit et que nous avons tous une part de responsabilité à assumer.

D’un coté, si j’en prend trop et que je dis « oui » à tout, je ne serais pas en mesure d’assumer pleinement ma vie puisque j’en aurais trop.
Je serais rattrapé par les événements, les engagements et ne serais plus en mesure d’assumer cela et entrerais dans une forme de dépendance totale. Automatiquement, des frustrations de par et d’autres naîtront, tout comme les tensions.
Et cela fini par devenir de la dépendance à l’extrême et ça je n’en veux plus.

De l’autre coté, si je ne prend rien et que je dis « non » à tout, je ne créerais plus de relation, ce qui fait que je n’aurais plus rien à assumer.
Cela devient de l’indépendance à l’extrême et ça je n’en veux plus.

Les deux cotés vu précédemment sont peu viables.
C’est pourquoi j’opte pour une autre possibilité, celle de l’inter-dépendance.
Je m’explique, si je décide de prendre ma part et seulement ma part de responsabilité, je vais devoir assumer mes actions, mes « oui » et aussi mes « non » et ce dans un seul but, pouvoir assumer pleinement ce que j’entreprend dans ma vie.
Alors oui, cela déplaira certainement à certains, même très proches de moi lorsque je dirais « non », mais je veux être le payeur de ce que je veux et non le payeur de simple conseilleurs.
Je veux avancer et payer des gens à qui je dis « oui » car je l’assume.
Je veux entrer dans un schéma d’interdépendance que je choisi, pour assumer en toute connaissances de causes.

« Soyez-vous même. »

« Soyez-vous même. »

Pourquoi cette exclamation?

Comme nous le dit, Oscar Wilde:
« Soyez vous-même, les autres sont déjà pris. »

Nous allons donc partir plus précisément de cette exclamation d’Oscar Wilde et tenter d’y mettre plus de clarté.

Nous sommes dans notre corps et qui mieux que nous même peut vivre dans notre corps?
Qui mieux que nous peut penser pour nous?
Qui mieux que nous peut savoir pour nous?
Qui mieux que nous peut parler pour nous?
Qui mieux que nous pouvons manger pour nous?
Qui mieux que nous peut agir pour nous?

Il est évident que nous ne savons pas tout et que la tentation est grande pour déléguer certaines actions.

Cependant les désirs et les envies sont propres à chacun et ça personne, je dis bien personne, à part nous pouvons savoir ce que nous voulons et désirons au plus profonds de nous.
Qu’est ce que je désir pour et dans ma vie?
Qu’est-ce-que j’ai envie pour et dans ma vie?
Si ce n’est pas moi qui répond à ces questions, il y a de la manipulation, de l’influence, de la soumission et de l’absence d’être avec soi pour vivre sa vie.

Nous avons appris depuis notre plus jeune âge, pour ne pas dire depuis le début, à écouter, à regarder, à reproduire ce que l’extérieur souhaite pour nous, ce qu’il nous exprime et nous transmet.
Autrement-dit nous avons appris à devenir le bon élève?
Et le comble dans cela, c’est que nous en faisant une compétition car les classements sont nombreux et l’imagination est débordante pour en trouver.
. La meilleure note,
. Le plus poli,
. Le plus présent,
. Le plus sociable…

A côté de cela, combien de temps passons avec nous et pour nous?
Nous savons tous que nous sommes uniques et comment exprimons-nous cette unicité?
En faisant comme les autres?

Est-ce que dans ces cas-là, nous répondons à qui nous sommes?
Ou, répondons nous aux attentes des autres.

Les deux sont complémentaires et pourtant tellement différents.

Nous devons nous responsabiliser dans ce que nous sommes,
. dans ce que nous véhiculons,
. dans ce que nous disons,
. dans ce que nous transmettons,
. dans ce que nous faisons.

Il est beaucoup plus simple de connaître une personne, que des dizaines, des centaines, des milliers, des millions voir des milliards.
Et pourtant combien de temps utilisons nous pour connaître cette personne?
Cet enfant intérieur à cette personne, qui a besoin de nous, combien de temps concrètement?

Il est facile de montrer bonne figure à l’extérieur mais qui voit la figure intérieure?
Souvent les personnes à qui nous tenons le plus et qui nous sont les plus chères.
Pourtant, il y a une personne qui détrône tout le monde.
Pour la voir, il suffit de vous rendre devant votre miroir et de regarder la personne qui se trouve en face de vous.
Vous êtes responsable de cette personne. En prenant cette responsabilité pleinement alors vous pourrez évoluer et vous rapprochez de vous.

Vivez avec vous, passez du temps avec vous, posez-vous des questions, osez de nouvelles activités, essayez et c’est seulement comme cela que vous pourrez vous connaître un peu plus.

Ce n’est pas en faisant le « bon élève » toute votre vie, que vous pourrez vivre votre vie.

Être le bon élève, revient à répondre à des attentes extérieurs correctement.

Soyez-vous même, à savoir, l’élève et le maître en même temps,
telle une pièce de monnaie avec le coté pile et face,
tel le cercle du yin et du yang.

Soyez dans cette dualité qui forme un équilibre.

Être simplement le bon élève, mène à un déséquilibre puisqu’une autre partie est rejetée, le  »mauvais élève ».
Les deux parties sont une partie de nous.
C’est en prenant le temps de connaître ces deux parties que je pourrais mieux me connaître. Et c’est ce que je vous invite à faire aussi avec vous, pour enfin être avec vous-même.

Êtes-vous prêt à le faire?
La réponse est la votre, seul vous pouvez-savoir réellement si vous vous mentez ou non?

De nombreux outils (carnet, psychologie positive, les questions, miroir…) existent pour que vous vous rapprochez de vous et pour qu’au final vous soyez enfin vous même.
Il y a une quantité d’outils, mais une quantité d’outils mal employés ne donne pas de résultats bien concluant.
C’est comme courir après plusieurs lapin en même temps, à la fin j’en attrape aucun et je suis épuisé.

Alors prenez en un et utilisez-le sans relâche.
Privilégiez la qualité à la quantité.
Pour choisir, faites une liste des outils que vous avez à votre connaissance et utilisez-en qu’un. Choisissez selon votre préférence ou par ordre d’arrivé si vous n’arrivez pas à choisir pour l’instant.

Les outils, n’ont pas de date de péremption et ils peuvent être adaptés à votre convenances.
Soyez créateurs, c’est pour vous que vous le faites, faîtes vous plaisir.
Osez dans le sens que vous voulez, par contre gardez le même sens au fil du temps, autrement vous tournerez en rond.
Quoi que, tournez en rond est aussi une expérience intéressante à vivre.

Tout dépend de ce que vous souhaitez dans votre vie et pour vous.
Soyez vous même pour construire votre vie, autrement votre vie ne ressemblera pas à votre vie.

Et sachez que ce n’est pas parce que, vous ne vivez pas votre vie aujourd’hui que vous ne pourrez pas la vivre demain.
Les notions qui jouent, sont le temps et les moyens que j’y mets pour « Être moi ».

Soyez-vous même les amis et vivez votre vie. Pas celle des autres.

La communication.

La communication.

Pourquoi la communication?
Pourquoi ne pas avoir débuté avec l’article de la communication?
Qu’est-ce-que la communication?
Quels moyens de communications existent-ils?

Quel sujet complexe!
Je comprends mieux maintenant pourquoi, il ne m’a pas été aussi évident qu’Aujourd’hui de commencer par un article sur la communication.

D’ailleurs, nous nous rendons compte aujourd’hui que nous ne pensons pas à tout dès le début. Et heureusement que nous n’attendons pas que tout soit connu dès le début pour commencer, autrement pas grand chose n’aurait débuté et évolué.
Prenons un exemple pour mettre cela en image, le film « Le Hobbit », n’aurait pas vu le jour sans la trilogie du « Seigneur des anneaux. »
Et pourtant, le film « Le Hobbit » viens avant le « Seigneur des anneaux ».
Pourquoi?
Ne serait-ce pas pour amener une compréhension plus grande à la trilogie?
Avant que la trilogie n’existe, il y avait une histoire. C’est en relatant cette histoire, que la trilogie prend alors un sens plus grand et plus profond.

Revenons sur le sujet du jour qu’est  »La communication ».
Pour ce faire nous allons voir dans un premier temps sa définition grâce au dictionnaire de l’internaute pour y mettre plus de clarté.
Puis nous tenterons de faire le tour des moyens de communications, ainsi que leurs formes et les adaptations faites pour leurs évolutions dans le temps.
Et enfin nous observerons les résultats que la communication à dans notre monde.

Continuer la lecture de « La communication. »