Co-création : Qu’est-ce le Code de la Vie ?

Qu’est-ce qu’un code ? A quoi cela sert-il ? 

C’est le sujet sur lequel Jérôme et moi avons échangé dans le but de co-créer cet article. Je vous partage donc ici le fruit de nos échanges et de nos réflexions communes.

    Le code est très souvent une combinaison de chiffres ou de lettres, voire des deux. Il permet de débloquer par exemple le cadenas qui protège votre vélo ou celui de votre journal intime. Il est aussi ce qui permet d’accéder à votre « espace personnel » pour consulter l’état de vos comptes en banque, ou faire le point sur votre consommation d’énergie au cours de ces derniers mois.

    Le code, c’est également un langage. Il permet notamment de créer des programmes informatiques. Pour comprendre ce code, on doit l’apprendre. On doit comprendre ce qu’il est, ce qu’il veut dire, et ce à quoi il fait référence. En résumé, c’est quelque chose qu’on doit connaître, pour ensuite l’utiliser correctement, de la façon qu’il (nous) convient. 

   Le code, c’est enfin un manuel : il nous donne des consignes ou fixe un cadre ou des limites à ne pas enfreindre. On pourrait prendre pour exemples le Code de la route ou celui du travail. 

Mais alors, qu’est-ce que le Code de la Vie ?

Continuer la lecture de « Co-création : Qu’est-ce le Code de la Vie ? »

« Les articles de Fantomas »

EN INTRODUCTION

Avant tout, merci à toi Jérôme pour cette petite place dans ton blog. Elle marque le début d’une toute nouvelle place à prendre pour moi, que je te dois. Je n’en serais pas là sans ton coaching.

Donc je suis Fantômas, et après avoir dégommé un certain nombre de mes propres fantômes, je suis prête pour un changement radical, qui commence par cette petite place dans ce blog, inspirée par les articles de Jérôme, et Jérôme tout court. Je me suis attardée sur son récent sujet sur les émotions, sujet inspirant que je souhaite développer un peu plus.

Continuer la lecture de « « Les articles de Fantomas » »

Quel résultat obtient-on sous l’impulsion d’une émotion?

Le résultat obtenu se trouve dans une forme d’instabilité car une émotion n’est que passagère.
C’est pour cela qu’une décision prise lors de l’émotion peut être tout et son contraire sur le long terme. Oui c’est soit  »tout », soit « rien » et dans les deux cas un déséquilibre est présent.
Tant que ce déséquilibre est présent, notre regard est biaisé et donc le résultat, l’est aussi.
Il nous donne qu’une illusion, sur laquelle nous nous attachons

L’idéal, est d’être en mesure de prendre du recul de se sortir de cette émotion afin que la décision soit stable et non biaisée.
Où autre possibilité qui est la plus naturelle et qui n’est pas forcément la plus simple, surtout si le terme « émotion » est un mot qui n’est pas intégré en soi. Car dans ces cas là, cela demande de prendre une décision avec un inconnu en soi.
Oui, oui, un inconnu en soi. Et c’est d’ailleurs pour cela que le résultat obtenu est soit « tout », soit « rien ».

Continuer la lecture de « Quel résultat obtient-on sous l’impulsion d’une émotion? »

La peur c’est quoi?

Ah très bonne question, « la peur c’est quoi? »
C’est un truc, un machin, une chose… avec lequel je ne suis pas alaise, donc j’en ai peur.

Maintenant, la peur c’est quoi au juste?
Ca donne quoi?
Ca fait quoi?
Ca se trouve où?
Ca dure combien de temps?
Pourquoi c’est présent?
C’est quand qu’elle apparaît?

Résoudre, solutionner ou encore dépasser une peur devrait être simple, alors pourquoi cela ne l’est pas?

Continuer la lecture de « La peur c’est quoi? »

« Ce que je veux n’a pas de prix. »

Et c’est là où se trouve une plus grande complexité.
Pour déterminer ce que je veux, j’ai les mots qui sont là et comme nous l’avons vu dans le précédent article, que dans les mots se trouvaient déjà une complexité.
Que je prends le temps peu à peu d’y mettre de la conscience, de l’attention et de l’énergie ce qui fait que cela croît, ce qui a pour conséquence d’y croire encore un peu plus.

C’est clair que la peur est présente, maintenant je décide d’y faire face pour cesser de fuir et de me voiler la face.

Théoriquement, cela est beau et concrètement cela donne quoi?

Continuer la lecture de « « Ce que je veux n’a pas de prix. » »

Le rire,

C’est un excellent moyen pour sortir de la douleur ne serait-ce qu’un instant.
Les enfants ont tout compris, ils rient en moyenne 400 fois par jour, oui 400 fois contre 20 fois pour les adultes.

Le rire déclenche les endorphines, c’est un élément aussi puissant que la morphine, à la seule différence que celui-ci est sécrété par son propre cerveau pour garder un niveau de bien être naturel.

Alors rions de tout, ne nous privons pas de ce remède naturel, pour expérimenter un bonheur et une humeur stable dans le temps.

Tout ce que nous consommons quotidiennement se transforme en habitude.