Changer son langage intérieur

Depuis quelques temps, je m’aperçois de plus en plus de ce langage intérieur négatif que j’entretiens… Un langage intérieur qui ne croit pas en moi, mais surtout qui ne croit plus trop en mes capacités professionnelles et en la possibilité de vivre de l’activité de formation en ligne que j’ai créée il y a déjà deux ans.

J’ai lu pas mal de choses à ce sujet du langage intérieur, notamment qu’il est ce qui va créer une très grosse partie de votre réalité. Et effectivement, ma réalité professionnelle lui ressemble bien.

Je me répète souvent : « ça ne décolle pas ! », et effectivement : ça ne décolle pas. Je vous dirai plus bas comment je fais de plus en plus en sorte, maintenant que j’en ai conscience, de changer petit à petit mon langage intérieur. Et bien sûr, dans un futur article j’espère vous rapporter les résultats concrets de ce changement de façon de penser !

Si je fais comme une sorte d’état des lieux de mon vécu et de comment j’ai appris à appréhender la vie de façon générale, je constate que je n’ai pas vraiment appris à cultiver un langage positif envers moi-même, bien que naturellement je sois plutôt du genre optimiste, toujours à relativiser ce qui m’arrive, à prendre les choses avec un certain humour et recul. 

Je n’ai pas appris non plus à entretenir un langage intérieur qui me projette dans une vision positive de ma vie, dans une réalité qui deviendrait ce que je voudrais vraiment qu’elle soit. Ou alors, quand je l’ai fait, j’ai été vite déçue et j’ai vite « abandonné l’idée ». Sûrement un défaut de persévérance, comme celui que j’ai déjà évoqué dans cet article.

Mais rêver, je me disais que ce n’était pas pour moi. ça ne me semblait pas non plus être pour nous (ma famille) : on avait connu bien des galères, surtout au niveau de la maladie et du handicap.

J’avais donc plutôt appris à composer avec la réalité, à faire en fonction de ce qui était. A être aussi « terre à terre » comme on dit.

En grandissant et notamment « grâce à » l’apparition de la maladie, j’ai appris que je pouvais obtenir de la vie tout ce que je voulais, ou presque, du moment que ce n’était préjudiciable pour personne.

Ma rencontre avec le bouddhisme y a fortement contribué. (Merci ma tante !) J’ai alors appris à prendre la responsabilité de tout ce qui m’était arrivé jusqu’à présent. J’ai appris que j’avais « choisi » de vivre tout ça, parce que j’avais une mission bien à moi à accomplir. J’ai appris que ma vie pouvait elle aussi, malgré ma condition, aider et inspirer les autres. Il suffisait pour moi de trouver comment !

Comment aider ? Déjà en étant convaincue de pouvoir le faire. Et c’est là que revient la question du langage intérieur négatif. Car il est bien présent chez moi, sous la forme du doute notamment. Je vous invite à (re)lire mes précédents articles pour ne pas trop me répéter ici.

Comment je me convaincs de plus en plus de pouvoir aider ? D’abord en prenant conscience de mon langage intérieur, en écoutant ce que ma petite voix me dit. Puis en travaillant à changer ce langage intérieur !

Comment est-ce que j’arrive à changer petit à petit ce langage intérieur ? Parce que ce n’est pas magique, il faut un peu de temps pour changer ces vieilles habitudes, ces « bonnes » vieilles habitudes qui n’ont de « bonnes » que le nom !!!

Je prête donc plus souvent attention à tout ce que je me dis de négatif et de cassant. Puis j’exprime et en me répète une formule plus constructive, positive, voire son opposé.

Ex : « Je suis nulle » devient « j’apprends » ou « je fais de mon mieux. »

Ou alors, je reprends mon propos négatif et j’y apporte une nuance :

Ex : « Mon activité ne décolle pas » devient « Mon activité ne décolle pas, pour l’instant ! »

Je peux aussi consigner ces phrases négatives dans un cahier, où je note juste à côté leur version positive. Puis je les relis souvent. Pour m’en imprégner. Me mettre dans de bonnes vibrations. Me rappeler que je vis un processus, que le bon va m’arriver, quand cela sera le bon moment.

Voilà, c’est fini pour ce soir ! (Mon Valentin m’attend J )

Mais avant de vous laisser, je vous partage mon objectif qui est de continuer à travailler sur mon langage intérieur, à identifier les freins que je me mets encore (inconsciemment ou pas) et … à partager avec vous le changement que cela va créer dans ma vie.

 Belle soirée à tous les amoureux, et si vous n’avez encore personne à aimer, aimez-vous déjà vous-même. C’est l’essentiel !

Une réponse sur “Changer son langage intérieur”

Répondre à Ann Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.