Ne rien programmer,

Fais ce que tu as envie.
Fais ce qui te rend en vie.

Ces deux phrases soulèvent en moi de nombreuses choses qui relèvent de mon intimité.
Alors est-ce que je dois le dire: « oui » ou « non »?
Dois-je révéler mon intimité?
Quelles vont être les conséquences?
Est-ce que l’intimité se partage?
Est-ce que l’intimité se prend?
Est-ce que l’intimité se donne?

A vrai dire, je ne savais pas que l’intimité était et est personnelle.
Pour quelles raisons?
. L’ignorance,
. Le cadre autoritaire,
. La peur.

3 éléments qui dirigés ma vie et que je n’avais de cesse de rechercher inconsciemment dans chaque relation.
Je fuyais ces 3 éléments, sauf que ce que je fuyais, je le gardais en moi.
Alors comment le savoir?
En entrant dans l’expérience et en traversant ces 3 éléments qui m’éloignait considérablement de moi.

J’arrive enfin à mettre des mots grâce au boulot que me fait faire une superbe Coach qui a ce don en elle et j’ai nommé Céline Deak.
Céline a cette capacité d’éveillée et réveillée cette blessure présente en soi pour ensuite t’accompagner à la transformer en une force. Elle ne lâche rien, pas un détail et c’est impressionnant. Tellement que cela touche mon subconscient.

Je sais moi non plus, je n’y comprenais pas grand chose mais force était de constaté qu’il y avait du nouveau, du résultat dans mon état d’esprit et donc dans ma vie.
Je découvrirais par la suite que le mental ne peut pas gagner face au subconscient qui est programmé et paramétré d’une certaine façon.

Pour pouvoir changer de manière durable et constante, il est impératif que le subconscient soit paramétré correctement.
Dans le cas contraire, c’est échec, sur échec, jusqu’à abandon et ce sans en prendre conscience puisque c’est le subconscient qui prend les rennes et répond au paramétrages enregistrés en soi dans l’enfance.

Bonne nouvelle, ce n’est pas irrémédiable. Autrement dit, c’est modifiable.
Cela se change.

Naturellement, cela demande qu’il y ait eu un sacré chemin de parcouru envers soi.
Lorsque je dis « sacré chemin », tout est relatif.
Par exemple:
1. Je commence au niveau -30 et arrive au niveau +10
2. Je commence au niveau +5 et arrive au niveau +15
Que choisissez-vous, sachant que le deuxième arrive à un niveau supérieur de +5 par rapport au premier?
Dans le (1), le différentiel ou la marge d’évolution est de 40, alors que dans le (2) la marge d’évolution est de 10.

Partir dans le détail m’aide à partir du sujet de base et donc à fuir cette autoroute, qu’est la généralité.
J’aime aller dans la précision, mais quelle précision?
Avant, je partais dans une précision qui ne me correspondait pas car ce n’était pas mon domaine de prédilection ou dit avec d’autre mots, ce n’était pas moi.
Et malgré tout cela, je tenais la route dans tout ces détails, jusqu’au moment ou je ne l’eu plus tenu cette route « aux détails qui n’était pas moi ».

C’est à ce moment là, où j’ai découvert que je ne me connaissais pas et connaissais plus mon extérieur.
La sensation ressentie était affreuse. Vous savez toutes ces questions:
. Qui suis-je?
. Pourquoi moi?
. Qu’est ce que j’ai fait au bon dieu pour que cela m’arrive?
Je ne comprenais plus rien, j’étais perdu et mon entourage proche ne pouvait rien pour moi car je ne savais pas mettre de mots dessus et encore moins à parler de ce qui me bloquait.
Je mettais tout en oeuvre dans mon mental et je n’avais que des résultats superficiels.
Jusqu’au moment ou je suis entrer en contact avec Céline.

Ne dit-on pas: « lorsque l’élève est prêt le maître arrive. »
Bon je vous rassure, nous sommes tous élèves et maîtres à des niveaux différents et c’est pour cela que nous grandissons des uns et des autres.
Autrement, cela serait un bordel monstre, vous imaginez un maître qui doit faire passer personne après personne, ce serait chaud.

Au cours de nos échanges, j’ai cherché à fuir, je ne sais combien de fois.
Au début, cela marchait relativement bien et même assez facilement. Sauf que comme je vous l’ai dit Céline ne lâche rien, ce qui paradoxalement m’a mis en confiance me permettant ainsi de m’ouvrir un plus à moi même.
Ce qui fait que lorsque je dérivais sur des sujets autres, je me voyais fuir, c’était surprenant, car avant j’en avais pas conscience.
Maintenant, avec cette prise de conscience et le nouveau paramétrage dans mon subconscient qu’à su faire Céline, je me retrouve avec une possibilité de prendre les rennes de ma vie comme je l’entends.

J’ai bien conscience qu’il y a des souvenirs que mon mental m’envoi continuellement pour ne pas abandonner la version passé du Jérôme paramétrée dans mon subconscient. Et je sens que mon mental est costaud, sauf que maintenant je sais que le subconscient est plus fort que le mental.

C’est donc une question de temps pour que mon subconscient et mon mental trouve un terrain d’entente.
Bon oui, il n’y a pas que le temps qui se joue, les actions misent dans ce sens faciliteront ce terrain d’entente.

Je dois donc entretenir mon terrain qui se trouve être dans mon corps.
Un corps constitué d’autant de cellules qu’il n’y a d’étoiles dans notre Galaxy.

Je comprends mieux ma sensation d’être perdu au milieu de nul part.
Sauf qu’en prenant du recul, je m’aperçois que j’ai de la chance car toutes ces cellules se trouvent être dans un corps, qui lui même est composé de plusieurs organes, membres et qui eux mêmes ont des fonctions différentes.

Tout ça dans un corps, que je connais pas ou peu car j’y portais pas ou peu d’attention.
C’est simple je deviens meilleur là où je passe le plus de temps et où j’y mets le plus d’attention.

Avant, je passais beaucoup de temps où je portais peu d’attention de qualité.
Je m’ennuyais à mourir et pourtant j’y restais et investissais un temps considérable pour aller mieux, pensais-je avec mon mental et non mon subconscient, car lui est invisible, sans bruit et redoutable.

Merci Céline.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.