Bonjour 2021,

Oui, bonjour 2021, une nouvelle année née, c’est extraordinaire,
Quelle chance d’assister à ce moment chaque année et tout particulièrement cette année 2021 qui s’annonce grandiose.

Voyons cela un peu plus précisément ensemble ci-dessous:

« Bonjour 2021 »,
ou
« Bon » « jour » « deux » « mille » « vingt » « et » « un »,
je suis heureux de l’accueillir car quoi qu’il en soit cette année est présente avec moi pour une période minimale de un an et une période maximale de un an, autrement dit pour période de un an.

Qu’est ce que c’est que un an?
Si je prends le temps de décomposer rapidement un an, cela me donne:
Un début, un instant « T »,
365 jours,
Une fin, un instant « T ».
L’instant « T », n’est qu’une infime partie de l’année.
« Le début » et « la fin » sont deux points précis d’une année qui ne dure qu’une fraction de seconde.

Maintenant, dans cette année je peux vivre et revivre ces moments là au maximum 365 fois, puisqu’il y a 365 jours dans cette année.
Pourquoi au maximum, car il peut nous arriver des incidents, des accidents, des oublis et j’en passe car « La vie » est avant tout celle à qui je dois la vie.

Alors est ce que je dois, de devoir à la vie ou est-ce que je peux me considérer comme super extra chanceux de cela.
Si je ne regarde que la vie, oui bien sûr.

Est-ce que je me sens aussi chanceux que cela?
Je l’avoue, pendant longtemps, voir très longtemps, c’est à dire plusieurs années, oui plusieurs fois 365 jours, je me suis considéré comme tout l’inverse de ce que je peux ressentir maintenant.
Aujourd’hui j’essai au maximum de m’offrir le luxe d’assister à la naissance et la mort du jour en observant le levé et le couché de soleil.
J’avoue que cela demande un effort d’attention, de précision, d’observation, d’attente, de contemplation, de chance, de persévérance et des fois je n’arrive pas à faire tout cela.
Et j’arrive même à oublier cela pendant plusieurs jours.

Pourquoi? Parce que je me laisse happer par ce qui n’est pas moi.
Mais pourquoi, si tu en as conscience? Les habitudes et plus précisément les mauvaises habitudes, les addictions et ça vous voyez, ça peut foutre en l’air tous les moments magiques de ma vie et de votre vie, autrement dit de « NOTRE VIE ».

Heureusement que la vie est bienveillante avec nous et qu’elle nous propose de recommencer chaque jour de prendre la barre et pas n’importe quelle barre, « NOTRE BARRE », pour prendre notre vie en main.
Dans le but de révéler notre unicité et vivre sa propre vie et non une autre.

Je saisi que cela peut paraître d’une complexité extrême, car si j’apprends toute ma vie à ne pas être moi, comment je peux me dire: « c’est bon, j’en ai marre de ne pas vivre ma vie, je vais vivre ma vie. »
Mais ma vie, c’est quoi au juste?

Je ne sais pas.

Ah bonne nouvelle!! Car aujourd’hui, j’ai la possibilité d’explorer ce que je ne sais pas, afin de découvrir ce qui est plus ma vie.

Et LA VIE, me donne, te donne, nous donne tous des chances pour réaliser cela.

Or comme j’ai appris sous plusieurs formes que « l’inconnu » fait « peur », alors par habitude « j’ai peur de tout ce qui est inconnu et d’autant plus lorsque je suis seul. »

Ne voulant pas affronter cette peur seul, qu’est ce que je faisais?
Je me taisais et plus je me taisais, plus cette peur grandissait à l’extérieur de moi et moi, ce qui était fou. Je n’étais ni bien en moi, ni bien à l’extérieur, c’était affreux alors je me divisais constamment. Je peux représenter cette sensation par:
« Lorsque je suis là, je suis ailleurs et lorsque je suis ailleurs, je suis là. »

Pourquoi? C’est simple qui est-ce que j’écoutais pour en arriver là?
Pas moi et en plus j’avais appris par tout un tas de forme (la force, la violence, le chantage, la manipulation, la comparaison, les punitions à me taire et à suivre.)

Résultat de ce cocktail, je ne suis pas moi, je suis qui alors?

Oui cette phrase qui paraît philosophique, n’en est rien car il ne s’agit pas de l’auxiliaire « être », plutôt du verbe « suivre ».
Et oui vu sous cet angle beaucoup de chose change:
Je suis qui?
Je suis ce que j’écoute.
Je suis ce que je comprends.
Je suis ce que je pense être bon.
Et j’arrive là où je ne veux pas, comment ça se fait?

Qui est-ce que j’ai suivi?
Qui est-ce que j’ai écouté?
Qu’est-ce que j’ai compris?
Qu’est-ce que j’ai pensais être bon?
Où-est-ce que j’ai pensé arriver?

Qui va panser tout cela?

La vie, la vie est un remède, à la condition de l’observer, de la sentir, de la ressentir pour la vivre.

Et la vie, nous dit tout ce à quoi nous sommes prêts à écouter, entendre pour enfin suivre ce que nous sommes.

Oui, la vie est plus intelligente que nous le pensons car c’est la vie qui nous a permis d’être.

« Soyez ce que vous êtes » autrement dit:
« Je suis ce que je suis. »
« Nous sommes ce que nous suivons. »

Je mélange volontairement les deux verbes qui se prononcent et s’écrivent de la même manière à la première personne du singulier.
Oui car sans le savoir, le doute et la peur de ce que je ne maitrise pas peuvent planer, ce qui normal, car je le répète, je ne sais pas ce que je ne sais pas. Et est-ce que je vais là où je ne sais pas?
Nous captons mieux la différence dans les autres pronoms car la différence est flagrante aux yeux, aux oreilles et donc aux cerveau.

Donc « Bon »- « jour » 2021,
C’est aussi un mélange, sauf qu’il est différent. C’est de l’alphanumérique un beau et bon mélange détonant.

LA VIE nous dit simplement qu’il y a des « bons » « jours » au cours de cette année et aussi:
2: Dualité
0: Centré
2: Dualité à nouveau
1: Unicité
Ce qui peut se résumer par des jours moins bons, des jours d’apprentissages, des jours de remise en questions, des jours challengeant.

En tout cas, je vous souhaite le meilleur de qui vous pouvez écouter pour suivre ce qui est juste et bon pour toi, car vous serez plusieurs à suivre la même route et « à la fin, il n’en restera plus qu’un ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.