Quelle est la 1ère chose à savoir avant de se lancer dans quoi que ce soit?

Quelle est la 1ère chose à savoir avant de se lancer dans quoi que ce soit? 

Cette question est indispensable, car sa réponse détermine la continuité des choses, autrement dit la suite.
Je me rends compte aujourd’hui que je l’ai trop souvent oublié cette question et la réponse qui y allait avec.
Au plus j’ai grandi, au plus je ne trouvais plus d’intérêt à me la poser car la réponse ne résonnait plus en moi.
Cette question je l’avais découverte au début de mon enfance, lors du sport:
« qu’est-ce qui est le plus important dans une course et/ou compétition? »
« le plus important, c’est de participer et d’aller jusqu’au bout. »

Cette question et réponse me suffisaient pour mener à terme mes courses. D’ailleurs au début, je n’étais pas brillant loin de là, j’étais même un peu le clown de service, puisque je n’obtenais pas de bons résultats. Mais à force de participer à toutes les entraînements et courses, sans jamais une absence mon niveau augmentait et sans trop en comprendre le pourquoi?

Maintenant aujourd’hui, c’est évident. Mon niveau montait, du au biais des entraînements consécutifs et sans absences, qui étaient mis en place.
C’est un principe qui mène toujours à un résultat plus grand dans le temps, jusqu’à tendre vers l’excellence.
Et ce principe est la RÉPÉTITION.

La répétition est une seconde nature.
Donc
même si je ne suis pas bon et que je répète inlassablement de manière constante et assidu, je peux, et arrivais à un bon résultat.

Ces derniers temps, ce pourquoi et cette réponse ne résonnaient plus en moi du au fait que je ne savais plus pour qui je le faisais. Il n’y avait plus de sens dans ce que je faisais.
Alors, j’entendais de mon entourage:
« c’est la vie », « c’est pour ton bien », « c’est pour gagner ta vie », « c’est le système et on ne peut pas le changer »…
C’était les seules phrases que j’entendais à longueur de temps.
Alors petit à petit, je finissais par me résigner et accepter ce qui pour moi, n’était pas une vie.
Alors oui, c’est incompréhensible pour l’entourage car j’arrivais à un résultat satisfaisant et je l’obtenais avec ce principe de la « répétition ».

Ce principe a été forgé et implanté en moi depuis tout petit avec mon éducation, donc rien que pour ça. Je suis infiniment reconnaissant d’avoir les parents que j’ai et je les Aimes. Merci papa, merci maman.

Ce que je n’avais pas compris, jusqu’à présent  c’était pour qui je le faisais et pourquoi?
Au début, je le faisais car mes parents voulaient que je fasse un sport. Donc j’ai fait un sport sans trop connaître mes goûts, ni mêmes mes envies.
Et puis ne sachant pas trop ce que je voulais, je suivais les envies de mes parents. Et ainsi, l’assiduité naissait du fait qu’ils me forçaient dans bien des cas à tenir et à être présent à tout.
Puis les compétitions sont apparues, les premiers résultats étaient décevants, mais la phrase « l’important c’est de participer et d’aller jusqu’au bout » me permettait de me motiver et de tenir ainsi.

Le fait de rester présent aux entraînements et aux compétitions coûts que coûts, même si je n’aimais pas vraiment ce sport, m’a fait grandir et évoluer.
Ce qui fait qu’un jour, je suis arrivé sur le podium.
Bizarrement, j’ai commencé à percevoir les choses différemment, je percevais quelque part de l’attention.
C’était intéressant et même attrayant, car c’est ce que je recherchais au fond de moi. De « L‘ATTENTION ».

Dans ces cas là, je me suis encore plus investi et j’ai fini par plafonné à la première place. Et ce pour un sport qui à l’origine ne me parlait pas plus que ça, puisqu’il aura fallut me pousser pour que j’y aille.

Donc si je résume ce que j’ai compris avec cette expérience, c’est qu’il faut que je sois poussé et que l’on me pousse de manière constante à faire une chose que j’aime ou pas, pour arriver à un résultat satisfaisant.

Cela veut dire que je peux faire tout et n’importe quoi avec de tels outils. Et bien c’est ce que j’ai fait. C’est pourquoi, j’ai plusieurs diplômes divers et variés à mon actif.

Mais il arrive un jour, ou il n’y a plus vos moteurs et « fuel » qui vous poussent pour arriver à quoique se soit, car survient un accident, un burn-out, une maladie…
Alors l’ATTENTION que je connaissais et qui m’aidais à vivre, disparaît comme par enchantement. Et je me retrouve seul.
Donc là, je fais comment? Je fais quoi?

Là, j’ai commencé à me découvrir car quelque part je n’avais pas d’autre choix que de le faire, si je voulais continuer à vivre.

Maintenant, avec du recul, je dis que c’est le plus grand et beau cadeau que j’ai pu avoir dans ma vie.
Au début je ne l’acceptais pas, car il m’étais très douloureux.
Donc comment aimer un cadeaux douloureux? Et d’ailleurs comment pouvoir dire que cela est un cadeaux?
Ces deux réponses ne se donnent qu’après un certain temps et goût de l’effort pour se relever. Auquel cas, on dit que c’est « le coup de trop ».

Ma douleur, je n’arrivais pas à la retranscrire, ni même l’expliquer à qui que se soit à sa juste valeur. Et je suis passé par des « tonnes » de médicaments sans trop d’effet. Parce que j’ai su par la suite que ça ne pouvait que se vivre et se ressentir.

Tout le monde vie tôt au tard, cette douleur sachant que le plus tôt est le mieux.

Beaucoup, d’éléments entrent en compte. Et tant que je n’en prend pas consciences et bien je perdure dans le schéma que je connaissais avant.

Pour sortir de ce dernier, il a alors fallu que je me bouge, non plus pour quelqu’un extérieur à moi (parent, professeur, amis, petite amie). Il a fallu que je le fasse pour MOI.
Au départ,  je ne me sentais en rien légitime de pouvoir savoir quoique ce soit sur moi. Etant donné que je n’avais pas pris ce temps, tellement important pour « Etre ce que je suis ». Il se découvre lorsque l’on est face à soi et que l’on ne fait rien, si ce n’est que de s’observer.
Oui, car j’avais pris pour habitude que se soit mon extérieur qui sache, ce qui était bon pour moi.
Et le fait d’arriver, à des résultats satisfaisant pour mon entourage, cela me donnait l’illusion de réussir ma vie.

C’est alors que j’ai commencé petit à petit à me former personnellement pour moi, afin de me connaître.
La première chose que j’ai apprise et continue à apprendre au quotidien, c’est de m’AIMER.
Car j’avais beau essayer tout et n’importe qui pouvait m’attirer. Je n’arrivais plus à aucun résultat, puisque je finissais par abandonner sans avoir été jusqu’au bout de ce que je choisissais.
Je ne savais plus pour qui je le faisais et surtout ne trouvais plus de « fuel » pour continuer à avancer. Puisque toutes mes ressources, je les prenais à l’extérieur de moi.

VOUS ETES VOTRE PLUS BEAU CADEAU.

2 réponses sur “Quelle est la 1ère chose à savoir avant de se lancer dans quoi que ce soit?”

  1. Merci Jérôme,
    Cette question est tellement vraie, que je ne me l’a pose même pas
    Et Dieu sait qu’elle a son importance, oui je fais tant de choses inconsciemment. ..sans me poser la bonne question, oui je crois que tu as raison,j’ apprend d’abord à m’Aimer, à faire les choses que j’aime pour moi, à aller jusqu’au bout de ce que je désire, mieux vaut tard que jamais…doucement mais surement …sentir cette joie de vivre en moi à chaque instant,quel Bonheur! oui j’ai du passer par la souffrance ,pour prendre conscience ,de ma propre vie. il le fallait pour comprendre certaine choses et améliorer ma vie … avec les expériences de la vie et tes lumières Jérôme, aujourd’hui je me dis que la vie est merveilleuse elle est magique ! Merci à la vie de m’avoir donné toutes ses épreuves qui m’ont ouvert les yeux sur ce qu’était la vraie vie.. qui m’ont fait grandir. Je me dis aujourd’hui sa été un mal pour arriver à un bien aujourd’hui, oui tout est possible dans la vie…Quand je vois le résultat avec toi Jérôme, Ouah ! QUEL BEAU CADEAU ! Je suis heureuse aujourd’hui ,
    MERCI JÉRÔME JE T’AIME, CONTINU DANS TA LANCÉE DE VIE.
    C’EST SUPER ! MERCI DE TON TÉMOIGNAGE, TRES BEAU TRAVAIL.JE SUIS TRÈS FIÈRE DE TOI.

    MAMAN

    1. Merci pour ce super témoignage!! Comme tu le dis la vie est merveilleuse et magique.
      La condition pour l’observer et le ressentir est qu’il faut prendre le temps et en être à son écoute, auquel cas nous passons par la souffrance.
      La souffrance, n’est rien d’autre qu’un rappel que quelque chose est à revoir.
      La vie veut que l’on s’Aime à proprement dit et nous ne pouvons pas aimer, sans commencer par soi.
      Merci d’être présente et merci de m’avoir transmis de hautes et grandes valeurs. Merci.
      Jérôme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.