Inoubliable rencontre

Cet article est le second et la suite de celui intitulé : « Ludivine continue de nous partager son aventure au Québec.« 

Un bon souper d’échanges entre deux inconnues

La soirée ne faisait que commencer. Fernande et moi nous étions rencontrées à peine une heure avant. Parce que le camping n’était pas encore ouvert en ce tout début du mois de mai, elle m’avait invitée à passer la nuit dans sa cour avec mon VR (véhicule récréatif, ou camping-car comme nous disons en France.)

Fernande avait déjà soupé, c’est comme ça qu’on dit au Québec pour parler du diner. Le « diner » d’ailleurs, là-bas c’est le repas du midi. Notre petit déjeuner à nous est appelé « déjeuner », parce que c’est le moment où, pour reprendre l’explication d’un ami québécois, on « casse le jeun », celui qui est en cours depuis la veille au soir.

J’avais pourtant de quoi me faire à manger dans mon VR, le genre de trucs rapides à préparer quand je suis fatiguée, mais quand elle a vu mes pâtes au fromage lyophilisées, Fernande s’est chaleureusement proposée de me préparer un filet de poulet avec une bonne petite salade fraîchement composée.

Pendant ce temps où elle préparait mon repas, nous nous parlions étrangement comme si nous nous connaissions depuis longtemps, comme deux amies qui se retrouvaient après un long moment sans s’être vues. D’ailleurs le tutoiement s’était imposé direct ! Les discussions elles, bien que passant rapidement d’un sujet à l’autre, étaient profondes : sur le sens de la vie, des épreuves, …etc.

Une amie épatée.

Comme beaucoup d’autres personnes que j’avais déjà croisées, Fernande me paraissait elle aussi très étonnée par moi, mais aussi par ce que j’étais en train d’accomplir. Elle ne cachait pas être littéralement impressionnée par :

  • Le fait que je sois partie en voyage au Québec aussi longtemps (2 mois),
  • Que je sois partie seule
  • Aussi loin de chez moi (la France), et
  • « En plus en fauteuil roulant ! » s’était-elle exclamée !

Une amie qui m’aide à comprendre ce que je vis.

J’avais presque immédiatement évoqué à Fernande que j’étais très fatiguée et que je ne comprenais pas du tout pourquoi, dans la mesure où, depuis mon arrivée, j’avais pris tout le temps de repos lorsqu’il m’était nécessaire, et parce que je m’arrangeais également à manger le plus sainement possible entre deux poutines 🙂

La poutine est un plat typiquement québécois, fait de frites, de fromage qui fait « couic couic » sous la dent et de sauce marron dans laquelle vous ne savez pas ce qu’il y a dedans. Mais c’est bon et ça cale bien ! Dès mon arrivée à l’aéroport, mes deux amies Caroline et Elise étaient venues me chercher et nous étions allées en manger une, pour que je puisse y goûter d’emblée !

Face à mon interrogation et mon incompréhension quant à ma grande fatigue, Fernande avait pu m’éclairer. Elle m’avait dit : « Attends un peu, c’est normal que tu sois fatiguée ! Tu as vu tout ce que tu fais de nouveau depuis quelques jours ? Tu es en mode apprentissage ! Cela provoque forcément un niveau de stress supplémentaire que tu dois gérer. »

Allons bon !

Au cours de ce repas improvisé et au beau milieu de nos échanges, mon hôtesse quitta la table. Je la voyais s’affairer d’une pièce à l’autre, passant de la salle de bain à la chambre, revenant au salon… Soudainement, elle me dit : « Je vais débarrasser ma chambre et tu vas dormir dans mon lit ! »

Intérieurement, c’était comme si je n’y comprenais pas grand chose : elle m’avait initialement proposé de passer la nuit dans mon VR, j’en étais restée là. Et maintenant, voilà qu’elle était en train de me laisser son lit !?

Parce que d’ordinaire je suis plutôt de celle qui aime rester discrète, j’aurais sûrement répondu que : « Non, ce n’est pas la peine, ne te dérange pas, j’ai tout ce qu’il faut pour dormir et je dors très bien dans le lit confortable du VR, j’ai tout : même le chauffage, la douche, les toilettes, la télé (+ le lecteur DVD s’il vous plaît ! LOL), le micro-ondes…etc. » Mais là je « me suis laissée faire » et j’ai dit « ok » sans trop chercher à analyser ni comprendre ce qui m’arrivait. De toute façon, je crois que j’étais bien fatiguée avec toutes ces émotions. J’étais bien fatiguée, ça oui, mais pas suffisamment pour ne pas partager par textos avec mes proches (ma famille, mes kinés), l’expérience que j’étais en train de vivre et qui ne faisait que commencer…

Et les surprises continuèrent…

Au réveil le lendemain matin, la maison était calme, très calme. Il y avait un doux sole Quand je suis sortie de la chambre, j’ai vu que le déjeuner (soit le petit-déjeuner pour nous français) m’avait été préparé. J’avais un petit mot de Fernande, notifiant qu’elle serait de retour vers 13h et deux numéros de téléphone : son portable (ou cellulaire en québécois) et celui du lieu où elle se trouvait ce matin.

J’ai eu un méga bug ! Moi Ludivine, je suis arrivée hier soir et de manière tout à fait imprévue chez cette belle personne inconnue. D’ailleurs, malgré nos longs échanges de la veille, je considérais que j’étais encore pour elle une personne inconnue… Ce matin, me voilà SEULE dans sa maison ?! Elle m’a laissée SEULE dans sa maison ?! Elle est capable de laisser sa maison à une inconnue ?! Comment une telle confiance en l’autre, en l’étranger, était-elle encore possible de nos jours ? Est-ce que nous avions, nous français, encore cette confiance envers les inconnus ? Assurément, pour moi la réponse était non. Mais qu’est-ce qui faisait que nous l’avions perdue ?

Je pris donc le temps de savourer, à la douceur du soleil traversant les vitres en ce milieu de matinée, les toasts qu’elle avait pris soin de griller avant de partir. Le café lui, resté dans une thermos, était encore tout juste chaud et parfait à boire sans plus tarder.

Je devais continuer ma route pour me rendre à Ottawa, mais à l’évidence je ne voulais pas repartir sitôt la fin de mon déjeuner. Je choisis donc d’attendre le retour de Fernande, de prendre le temps de dîner ensemble avant de continuer mon périple.

(Affaire à suivre…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.