Wouah: est le résultat. 2/3

Hello les amis, aujourd’hui est je vous présente la seconde partie de « Wouah: est le résultat. »

J’étais comme bloqué, alors je me suis recentré, respiré un coup avec l’intention de trouver une solution. Et là, un pote africain que je connais peu s’installe à côté de moi.
Il fait le ramadan, alors il ne mange pas. Et il m’incite à goûter des plats africains que son amie a fait, du riz blanc avec du poisson mélangé dans un style de Fafa, avec oignon, le tout à la couleur noir.
Cela ne m’attire nullement et j’arrive à décliner la proposition bien que tout le monde m’est incité à en prendre. Ce qui me renda encore plus mal à l’aise.
Bref, ce pote fini par me dire  »tu ne vas pas à Carrefour ? »
Sous un ton de pitié.
Je lui demande, « c’est pour l’eau? »
Il me dit  »oui ».
Je me surprends à répondre du tac au tac et lui dit « très bien nous pouvons y aller. » Car je vois là une porte de secours.
Il me dit qu’il va chercher son cadi.

Il revient avec son cadi et me dit qu’il va le porter à une amie et il revient.
Je lui demande: « dans combien de temps? » Il me répond alors: « dans une heure. » Donc là, je lui dis  »oh c’est maintenant où rien ».
Il me dit: « ok alors ».
Ouf sauvé pensais-je dans ma tête. Je débarrasse mon assiette ainsi que pour ceux qui avaient finis.
Je file ensuite chercher mes clefs de voiture et on y va.

C’est dingue de voir comment les choses peuvent se faire rapidement dès lors qu’un objectif existe et qu’une décision est prise en soi.

Une fois à Carrefour, mon collègue se rend dans les cocas, Fanta, je lui dis et l’eau ? Car la dernière fois il s’est plaint que je ne lui avais pas dit que l’eau est moins chère à Carrefour 1,02euros le pack de 6 contre 1,10 euros pour super U. Il me répond: « oui après ».

Je me voyais déjà payé une partie de ses courses vu ce qu’il avait pris, il n’avait que 20 euros. Je ne sais pas comment il a fait, puisqu’une fois arrivé en caisse, il en a eut pour 19,85 euros.
Je le ramène chez lui et l’aide à décharger le tout. Puis je lui propose que nous allions marcher ensemble, il me dit: « non, j’ai des trucs à faire ».

Okay, je gare ma voiture et vais marcher tout seul pour me changer les idées. Je croise une amie qui bosse sur les quais de la Seine et lui dit: « je vais marcher jusqu’à Saint Aubin lès Elbeuf ». Je ne m’y suis jamais rendu concrètement. Elle me rétorqua « bien sûr, tu me racontes des histoires… et comment je vais savoir que t’es là bas pour chronométrer? »

Je me suis dit « okay » et je suis parti déterminé sans connaître la distance exact, ni le temps que cela allait me prendre.
Je me suis alors dit que j’allais en profiter pour parler avec moi: « oulà comment faire ? »

« À quoi cela va me servir ? »

Je me connais et puis là des tonnes de questions arrivent:

« tu vois ce ou ces petits hamsters qui cours dans la tête. Et bien c’est un, sauf qu’il a une superbe cadence et il tient le rythme mon coco. »
« t’es mal barré!! »
« A quoi ça te sert de faire ça? »
« Ça va te rapporter combien ? »
« C’est ça ta vie ?
« 


Il m’a donné du fil à retordre.

Sauf qu’au bout d’un moment, des kilomètres de marche, de la respiration, « mon hamster têtu » c’est calmé.

C’est alors que des questions intéressantes ont surgies:

« Qu’est-ce que tu veux pour ta vie?
Qu’est-ce qui te rend heureux ?
Ou es-tu heureux ?
Quand es-tu heureux ?
Ton corps te parle
Où aimes-tu être ?
Avec qui aimes tu être ?
Qu’est-ce tu as fait pour arriver là ?

C’est alors que je me suis posé un instant : je suis actuellement à Oissel, avant à Montpellier, avant à Tahiti. Intéressant, non?
Pourquoi bouger? Pour qui bouger?
Ou plutôt quoi fuir? Car mon ami Saint-Exupéry, qui m’a beaucoup inspiré a dit un truc du style: « si tu ne trouves pas le bonheur en toi, tu le trouveras nul par ailleurs. »

De la clarté c’est alors mit petit à petit dans mon esprit. C’est alors que j’ai pu observer ainsi un schéma qui se répétait. Ah intéressant.

J’ai le point de départ (Tahiti) et le point d’arrivée actuelle (Oissel).
Je m’aperçois que je n’étais plus heureux à Tahiti, je suis parti à Montpellier, puis à nouveau plus heureux, Oissel, puis à nouveau plus heureux.

La personne commune à ces grands changements qui m’ont aidé à voir plus loin que ce que je voyais, c’est une personne qui m’a été très proche et même fusionnelle, jusqu’au moment de la séparation. Et la personne commune à tout ces états et bien, c’est moi.

Je me dis alors « okay, je comprends mieux ».

Cependant, j’ai aussi un cap à prendre pour arriver à une destination  »saint Aubin lès Elbeuf ». Et la paf, une pièce de 2 euros par terre. « C’est cool je gagne plus qu’en restant chez moi à me plaindre.

Puis, je vois un arrêt de bus, alors je regarde la carte et m’aperçois que je ne vois pas ma destination. Saint Aubin lès Elbeuf se trouve après tous les villages présents sur cette carte.
Je vois l’heure 16h45, je me dis ça ne sera pas pour cette fois ci.
C’est clair que ça me fait chier, mais plutôt que de faire demi tour et me résigner complètement je continue à marcher.

Je vois un peu plus loin un gars qui taille une haie, je lui dit  »super et bon courage!! »
Il me dit alors  »ça va c’est droit, je vais pouvoir boire ma bière? »
Je regarde et vois qu’il y a une légère bosse 20 mètres plus loin. Le gars en pouvait plus. Alors, je lui dis « yes c’est bon ».
Il était heureux et soulagé.
Je lui demande alors pour Saint Aubin lès Elbeuf et il me dit: « il y a Elbeuf avant et à 5 kilomètres, il y a ta destination. Par contre,  si tu marches 300 mètres et que tu prends à droite à la fourche et qu’ensuite tu marches 600 mètres jusqu’au  »stop » et que là tu prends à gauche sur 500 mètres en traversant la Seine par le pont et bien tu arrives à Saint Aubin lès Elbeuf. »

« Okay super 😃💖 »

Donc je repars reboosté sauf qu’à 200 mètres mon intuition et mon regard me pousse à regarder sur la droite et là un chemin de terre qui monte tout droit dans montagne.
Ce chemin me donne envie mais ce n’est pas les indications que le monsieur m’a données.

Je me dis alors: « qu’est-ce que je veux? »
Et je me dis: « tester ce chemin. »
« Alors allons y. »

Et bien ça grimpe bien. Une fois en haut j’arrive devant une falaise blanche (calcaire) et je vois qu’il y a des grottes, de la paille, du bois, du matériel et personne. Alors je regarde un peu, il y a un lit une cuisine et même une hotte. C’est vraiment intéressant à voir.

Maintenant, je dois continuer à avancer.
Je suis parti à gauche et j’ai vu que cela descendait alors je suis retourné à droite et là ça redescend.

« Comment faire et quoi faire? »

Et vous les amis que feriez-vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.