La ma gie,

Hello les amis, je suis heureux d’en arrivé là, où j’en suis Aujourd’hui et c’est avec émotion profonde de que je vais, non pas vous partager cet article.
Je vais tout simplement vous l’offrir avec tout mon COEUR.

Êtes-vous prêts les Amis, moi je le suis, alors dès lors que c’est le cas aussi pour vous, je vous invite à votre tour, dès lors que vous êtes prêt pour ce « voyage » à cliquer sur « Llire la suite » et c’est parti 🙂

Oui, cet article sera pour certains, compliqué à lire, à comprendre et pour d’autres tellement simple et d’une légèreté optimale.

C’est ce que nous appelons un « paradoxe », un événement, une situation où deux éléments opposés sont présent dans ces derniers.

Comment est-ce possible?
Avant, à l’époque, je vous aurais répondu direct: « c’est impossible, tu ne peux pas être au champs et à la ville. »
Maintenant, je vois cela différemment car j’ai pris du recul, pour apprendre à me faire confiance.
Dans les toutes première fois, pour ne pas cité que la première fois, cela est intensé compliqué pour ne pas dire impossible à réaliser car certains réalise le même événement où situation avec grande facilité et le tout en étant décontracté.

Et oui, il arrive que la maison ne recul devant aucun sacrifice.
C’est rare, pour ne pas dire exceptionnellement rare, car pour celui qui ne sait pas faire à très peu de chance de réussir son essai, ou son né C?
Hum intéressant?

Que veut dire C?
Oui, là n’est pas la question.
Cette question est la présente pour vous montrer qu’il est très facilement possible et même directement faisable dans le concret, de se laisser berner par le doux leur, qui devient plus ou moins rapidement une douleur.
Et c’est à ce moment là, que pour dans la majorité des cas je me disais: « wouah que je suis bête. »
Sauf que ça c’était avant, avant que je ne prenne conscience qu’au moment où je me disais cela, je me condamnais deux fois. Une fois lorsque je passai à l’action et une deuxième fois lorsque je me disais « être bête ».
Une double Condamnation, je me suis alors mis à observer ce stratagème qui n’est que le mien.
Je me suis alors dis comment changer cette condamnation en quelque chose de plus constructif, ludique pour enfin avoir la possibilité de Choisir.

Et je me dis « Comment je peux réaliser cela? »
N’ayant pas de réponses fulgurantes et fracassantes.
Je m’étonnais ce qui eu pour conséquences de m’entraîner dans une forme de peur et donc d’inaction.
était même d’ailleurs le calme le plus plat alors qu’habituellement, c’est le Chao devant une telle question.


C’était bluffant d’observer cela, ce stratagème que je me suis construis inconsciemment et que je continue de suivre à la perfection et dont je n’ai pas l’impression de pouvoir en changer. Je me sens comme bloqué, pris dans cette spirale infernal?

Pour changer quelque chose, il est important de savoir et connaître précisément cette « chose ». Sans quoi cela peut très vite devenir le parcours du combattant.
Surtout que ce n’est généralement pas qu’une une simple chose que nous désirons changer?

A ce moment là précis, je me dis: « est-ce que c’est cela ce que je veux pour ma vie? Un parcours du combattant?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.