Le nouveau est issu de quoi? de où? Et surtout comment?

« Il est donc indispensable de faire quelque chose de nouveau, quoi? »
« Nouveau » selon le dictionnaire Hachette Encyclopédique est :  .1″Qui n’existe que depuis peu; apparu récemment. »
.2″Neuf, original. »
.3″Qui vient après, qui remplace. »
.4″Qui est tel depuis peu. »

Le point n°3 est intéressant à décortiquer « Qui vient après, qui remplace. »
Qui vient après quoi? Il semblerait qu’il soit intéressant de faire un état des lieux ou encore un inventaire, sur ce que l’on a déjà et qui perturberait notre bien être, pour ensuite avoir à le remplacer.
Car il n’est pas question de remplacer des éléments qui nous sont bénéfiques pour notre épanouissement.

Alors une remise en question avec comme élément moteur « le pourquoi? » est un bon début, tel que:
Pourquoi, je fais ça et pas autre chose? Dans quel but?
Pourquoi, je reste ici?
Pourquoi, je me contrains?
Pourquoi, je m’épanoui avec ça et pas ça?
Pourquoi, j’en arrive à de telles situations?
Pourquoi, je sens que quelque chose manque à mon bien être?
Pourquoi, je n’arrive pas à l’exprimer?
Pourquoi, je ne cesse que de me restreindre?

Qui mieux que soit peut répondre le plus justement à tous ses pourquoi?

De plus en se penchant sur ses « pourquoi », je m’aperçois que ce n’est que le fruit de notre apprentissage.
Nous ne pouvons savoir que ce que nous avons appris, en conséquent comment savoir ce que l’on n’a pas apprit.
Alors, je me disais que ce n’est pas de ma faute, si je ne sais pas.
Par contre, il est bon à savoir que tout le monde n’est pas en mesure de le comprendre et de l’accepter, pourquoi?
Car ce qui est évident pour l’un ne l’est pas forcément pour l’autre. Et vice-versa.

Quelque chose d’évident est difficilement explicable puisque cela fait partie des habitudes et dès lors que quelqu’un n’a pas les mêmes habitudes que la majorité, cela dérange.

Donc consciemment ou inconsciemment, on se dirige en fonction de ce que l’on a connu et appris. Or dans notre apprentissage, nous n’avons pas que le meilleur, certaines choses nous marques à un point que l’on peut y rester bloqué. En d’autres thermes, on est quelque part passif, car dépendant de ce savoir, de cette mémoire qui semble nous jouer des tours.

Ce n’est pas non plus de la faute de nos parents, ou de notre entourage, puisqu’ils ne peuvent nous transmettre que ce qu’ils savent.

Bizarrement ce que j’observe chez les enfants, qui commencent à découvrir la vie, c’est que c’est leurs questions favorites sont « pourquoi ci…, pourquoi ça…? »
C’est une question que grand nombre de parent doivent entendre à longueur de journée.

Je m’aperçois qu’il y a toujours des limites et que les parents ne connaissent pas tout sur tout. De plus le stress quotidien qui est traduit bien souvent par la routine, n’arrange pas vraiment la gestion des questions, dont on ne connait pas forcément la réponse.

Alors pour ne pas avoir à montrer cette méconnaissance sur le sujet, l’échappatoire est nécessaire (vite!! papa, maman sont au-retard, on verra cela plus tard, ça c’est un sujet pour les grands, ça ne te regardes pas…)
Au final, l’enfant, se retrouve avec une question en suspend ou avec une réponse erronée, hasardeuse et même sans suite.

En cas de réponse incomplète, l’enfant finira par se convaincre que c’est ainsi, qu’il y a des limites et que tous les pourquoi ne pouvaient pas avoir de réponses.
Ce qui amènera probablement à de fausses croyances, de la frustration, de la tristesse, et le limitera. Car ce qu’on ne sait pas aujourd’hui et bien on pourra le savoir demain.
Cela est visible dans de nombreux domaines tels que: la santé, la technologie, l’énergie…

Il est primordial, voir même indispensable de construire sur de bonnes bases pour ne pas avoir à faire à de mauvaises surprises.

Il est donc indispensable d’amener des explications à nos enfants et surtout de prendre le temps de le faire. Même si ce n’est pas aujourd’hui cela pourra être plus tard.
Mais ne laisser pas un enfant sans explications, fixez vous des jeux de paroles à des dates bien déterminées et surtout tenez vous-y, pour montrer ainsi à votre enfant à quel point, la parole et le dialogue sont importants pour se faire comprendre.

Un jeu que j’ai expérimenté dont j’ai entendu parlé par un ami et qui fonctionne bien si tout le monde est d’accord pour une meilleure harmonie:

Outils:
. une cuillère à soupe
. un chronomètre
Consignes:
. Pour commencer le jeu, chaque participant à 5 minutes de crédit en sa possession avec la cuillère à soupe.
A voir, par la suite pour augmenter le crédit. Dans tous les cas, il doit y avoir une égalité du temps pour chacun.
. Ce crédit est à utiliser en une seule fois, si il y a des blancs, je respecte.
. Tout ce qui est dit lors du jeu restera ici, par exemple pour concrétiser cela, vous pouvez prendre une boite que vous ouvrirez lors du début et que vous refermerez à la fin du jeu.
. Lorsque le chronomètre sera déclenché et que j’ai en ma possession la cuillère à soupe, je peux dire:
– tout ce dont je souhaite parler et qui me pèse.
Si je n’arrive pas à l’exprimer justement, je dirai des mots qui résonnent en moi, amenant ainsi à éclaircir la difficulté rencontrée.
Ce temps de parole est là aussi pour dire ce qu’il y a de bien, d’appréciable, d’important pour soi…
– les 5 minutes écoulées, j’arrête même si je n’ai pas fini, pour passer la cuillère à quelqu’un d’autre.
– une fois que tout le monde est passé, 10 minutes est utilisé pour faire un point et répondre aux éventuelles questions. Alors ce dernier doit être fait, toujours avec la cuillère à soupe.

Naturellement, tant que je n’ai pas la cuillère à soupe, je n’ai pas le droit d’intervenir. Par contre j’écoute pleinement.

Ce jeu apporte et renforce les liens d’une famille.

En conclusion,
Le nouveau viendrait de nous, de cette envie qui ne demande qu’à jaillir.
Nelson MANDELA, disait: « Cela semble toujours impossible, jusqu’à ce qu’on le fasse. »
Si, on ne change rien aujourd’hui, alors rien ne changera si ce n’est que l’usure du temps.
Pour savoir comment changer, inspirons nous de ceux qui réussissent, car tout le monde peut y arriver, nous sommes tous humains.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.