Qu’est-ce que les douleurs cherchent-elles à me dire?

Qu’est-ce que les douleurs cherchent-elles à me dire?

Selon Wikipédia, la douleur est une « expérience sensorielle et émotionnelle désagréable », une sensation subjective normalement liée à un message de douleur, un stimulus nociceptif transmis par le système nerveux.

Et la complexité des douleurs est qu’elle se retrouve à tout un tas de niveau différent, tel que sur le physique, le côté émotionnel, le côté mental, le côté spirituel.

Et toutes ces douleurs peuvent amener à une incompréhension et donc un repli sur soi et un terrain propice à tout types de douleurs.

Nous avons tous des questions en nous, portant sur des sujets plus ou moins délicats.

Par exemple, dans ma vie j’ai été proche de la violence physique, psychique, verbal et que je n’ai jamais réellement voulu affronter. Je préférais subir, ou fuir plutôt que d’affronter, car j’avais « peur », « peur » d’Être ce que je subissais.

La défense, face à la « peur » se manifeste sous différentes formes. Et la notre cerveau reptilien nous aide ou pas. Le cerveau reptilien est le cerveau primitif, animal, que nous avons tous en nous.
Toujours est-il, qu’il nous donne une solution et cette solution est la première qui nous vient à l’esprit. Elle consiste soit à « attaquer », soit à « fuir ».
Il se peut aussi qu’il y ait des « bugs », tel que la tétanie où à ce moment là, une forme de paralysie nous gagne et c’est un phénomène que j’ai connu à maintes reprises dans ma vie.
Pourtant, à l’heure d’aujourd’hui il y a bien des étapes intermédiaires entre la fuite et l’attaque, car j’avoue que de passer de fuyard à attaquant la marche est énorme, surtout si derrière, il y a plein de schémas présents et ancrer pour fuir.

C’est pour cela que je me suis attelé à la dure tâche, de dénouer mes gros nœuds en moi. Ces derniers m’ont empêché d’avancer et d’être pleinement dans ma vie.
Avant, je ne cherchais pas à le dénouer faute de moyens et surtout de temps, car ça prend un temps fou de dénouer un super gros noeud.
La plupart du temps, la pression ressenti et l’impatience de mon environnement me gagner et je préférais me remettre dans le « moule ». Ainsi, je préférais ignorais ce « putain » de noeud qui me faisait « chier ». Car je voyais les autres avancer dans leurs vie et pas moi.

« En suivant le chemin qui s’appelle plus tard, nous arrivons sur la place qui s’appelle jamais » Confucius

Aujourd’hui je sais que comparaison égal « suicide », donc j’avance à partir de moi et du rythme qu’il me faut.
Je sais que je suis encore enclin à me comparer même si cela diminue de plus en plus avec le temps.

J’apprends, tout ce que je peux en fonction de mon rythme que j’ajuste encore aujourd’hui.

Ce « noeud » qui est apparu au court de mon jeune âge et je n’ai pas su le dénouer, j’avais souvent pour réponses « je ne sais pas », « tu n’as qu’à », « vas voir ailleurs, si j’y suis », « débrouilles toi, tout seul, tu es grand maintenant » et jamais une réelle explication comme j’aurais aimé quelle soit formulée ou donnée. A ce moment là, une panoplie d’émotions se mélangeait en moi et jusqu’à en perdre plusieurs fois pieds.
Avec le temps, ce noeud à grossi entraînant des douleurs de cervicales, de dos et de jambes. Tout est lié, tout à une vie, tout à un début et une fin.
Les douleurs font parties de ce « tout », donc il ne déroge pas à la règle.

Pour moi, les douleurs, sont présentes pour nous aider à réajuster notre cap telle la philosophie du marin, qui ne garde pas le cap mais qui le réajuste constamment.
Naturellement, il arrive qu’il y ait des tempêtes et c’est là ou il faut être un bon marin car il sait que derrière les nuages, le soleil est toujours présent pour l’aider à s’épanouir. Sans soleil, il n’y aurait pas de vie.

Tout est équilibré dans la vie et tout à sa raison d’être.

Si vous voulez avoir plus d’explications sur la nature de vos maux (mots) ou encore douleurs. Je vous invite soit à me contacter en me laissant un commentaire et je me ferais un plaisir de vous y répondre.
Soit en allant faire un tour sur le site de « Lise Bourbeau » http://www.ecoutetoncorps.com/fr/ ou je me suis inspiré de certaines choses.

Je vous dis à très bientôt et au plaisir.

Je réserve une petite surprise pour les 3 premiers qui me laisseront un commentaire.

 

2 réponses sur “Qu’est-ce que les douleurs cherchent-elles à me dire?”

  1. Bonsoir Jérôme,
    En cette belle soirée j’en profite pour faire un tour sur ton blog pour ainsi découvrir ton nouvel article, il m’est difficile encore pour moi de m’engager à aller sur des blogs, ou bien à lire. Mais quand je suis présent ici pour lire… tes articles, j’en apprend plus sur toi, plus sur ton passé, plus sur ton présent. Nous avons déjà échangés à de nombreuses reprises, je trouve formidable que tu mette carte sur table tes ressentis, tu es un exemple pour les lecteurs, tu es inspirant car on te voit évoluer.
    Il est vrai que le corps aime bien nous faire souffrir lorsque nous nous cachons les choses, ou quand tu veux échapper à quelque chose et que tu te met un voile devant les yeux. Ça amène également au suicide ça, quand les maux sont trop forts et que l’on ne comprend pas pourquoi.
    Tout humain est amener à se comparer, même à petite échelle… qu’en pense tu ? Pour tout degré d’évolution.
    La philosophie du marin est tellement réaliste mais tellement douloureuse dès fois, quand la tempête est longue et violente le cap sera plus long à retrouver, les conséquences du retour en arrière lorsque l’on s’oublie ou quand on ne s’écoute plus.
    Merci pour ton article, belle nuit à toi avec de belles pensées au réveil. Bisous
    Léa

    1. Hello Léa,

      Merci pour ce beau et gentil témoignage.
      Ce que je fais est présent pour aider au maximum ceux qui me suivent.
      Maintenant, je n’ai pas toutes les réponses et je continue à me former pour vous en apporter plus.
      C’est pourquoi, tu peux assister à l’évolution que je cherche à mettre en place en moi.
      C’est grâce à vous, à vos questions que je me documente, m’informe, vous met mes ressentis et aussi mon histoire au travers mon parcours.
      Je suis fier de toi Léa, car j’ai pu observer concrètement chez toi, les pas de géants que tu as pu faire dans ta vie.
      Maintenant ta question me plaît beaucoup et c’est pourquoi, je vais la mettre dans le titre de mon prochain article.
      J’y ai déjà mon idée et ma réponse dessus, mais j’aimerais savoir avant tout ce qu’en pensent mes lecteurs.

      J’aime récompenser ceux qui passent à l’action rapidement, alors saches que je te réserve une surprise.

      Excellente soirée et à très vite.

      Jérôme Coach de Vie ❤

Répondre à Jérôme Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.