Wouah: est le résultat. 3/3

Dans cette partie nous verrons l’issue de ma trilogie  »Wouah ».
Et j’en profiterais pour revenir sur des points importants et surtout sur ce que cela m’a apporté en compréhension.

Oui car derrière toutes expériences se trouvent, une et même plusieurs leçons. Des fois, ces leçons sont évidentes, des fois plus subtils, des fois complètement incompréhensibles, puisqu’elles ne pourront être comprises qu’avec la répétition, la persévérance.

Bref traite de plaisanterie, nous reprenons le cours de mon histoire.

…Seul devant ces chemins, je me suis posé un instant pour reprendre une bonne grande inspiration. Je sais qu’en faisant ça, mon cerveau sera mieux irrigué, alimenté pour trouver une solution optimale pour respecter mes envies et celles dont je ne peux rien changer à savoir par exemple le temps qui passe.

Je prends donc une grande inspiration en essayant de me décontracter au mieux. Ce qui n’est pas évident lorsque cet exercice n’en est pas encore une habitude pour moi, mon corps à souvent tendance à rester en alerte.
Et pour mettre toutes les chances de mon coté et pour entrer dans un état qui m’est plus serin pour « choisir ». J’ai dis à haute voix tout en expirant:

 » Je lâche tout, je lâche tout. »

Et là, sans trop comprendre, un VTT arrive sur l’un des chemins présent. Je me dis alors « wouah et quoi de mieux que de demander pour avoir une information complémentaire sur mon choix de destination ? »

Alors je l’interpelle gentiment dans sa lancée et lui pose la question:  »Bonjour, excusez moi, où vont ces chemins. » Il me donne alors les itinéraires de chacun d’entre eux, dont un que je n’avais pas vu et c’était celui là que je prendrais, car c’était le plus court pour arriver à ma destination.

Hasard, coïncidence, je n’en sais rien au juste et qu’importe, j’ai kiffé le moment en me remerciant de m’être écouté jusqu’à présent.

J’ai alors amorcé en joie cette descente, au milieu des arbres avec les rayons du soleil qui frayaient leurs chemins aux travers le feuillage de ces derniers. De plus le tout au rythme du chant des oiseaux.

C’était vraiment un beau moment, j’oserais même dir un peu magique. Je me sentais en harmonie avec la nature.

Par contre je ne me laissais plus complètement aller, car mon objectif est toujours présent en tête. C’est cet objectif qui m’a permis de vivre cela donc c’est cool et je suis d’en être arriver jusque là. Je voulais connaître l’étendu des cadeaux de cet objectif.

Pour cela, je vais honorer mon objectif et je repars d’un bon train. Une fois être arrivé au bas de la colline, j’ai croisé du monde qui m’ont orienté à nouveau pour ma destination. C’était vraiment bizarre cette sensation, comme si que mon chemin était balisé.

En tout cas j’ai kiffé. J’ai traversé le fameux pont que seul les piétons et les trains peuvent prendre. Je me sentais privilégié de pouvoir passer par là en marchant au dessus de l’eau ou peu de personne passe.

Et effectivement, c’est un super raccourci qui m’a amené à arriver directement à saint Aubin lès Elbeuf à 17h45.

Là, j’ai ressenti une grande joie, de la fierté et cette envie de la partager à mon amie pour lui dire que c’est possible et que je ne raconte pas des histoires. Mais plutôt je vis des histoires que je peux raconter maintenant.

Ce qui fait que j’ai appelé mon amie pour lui dire et là:  »elle me dit tu seras pas de retour avant 21h car ça fait plus 3h que tu es parti, sauf si tu prends le bus ».

À ce moment précis, j’étais un peu déçu car j’avais l’impression qu’elle n’avait pas vu ce que je venais de faire. Je ne comprenais pas et puis même j’étais parti dans le flot de ses paroles qui me faisait état de ce que je n’avais pas encore fait et surtout le risque de l’heure qui s’annonce être tard.

Bref, je ne me suis pas laissé démonté, car j’avais un nouvel objectif et pas des moindres. Car j’avais prévu de rentrer par une autre route que celle prise initialement.

J’avais bien conscience que repasser par le même chemin serait complexe à gérer. Quelque chose en moi, certainement ma boussole intérieure me disais :  »par là, ça va le faire. »

C’est complexe à rester confiant lorsque une amie te fait état des risques, car après ils sont présents dans ma tête, alors que je ne les avais pas prévu dans mon plan initial. Ils sont possibles mais pas certains et là, la même forme de  »rage » qu’au départ m’est revenue et j’ai retrouvé la  »banane », le  »smile », le  »sourire » et j’ai entamé la route du retour à 17h52.

Pour cela, j’ai utilisé ce que j’avais sur moi et en moi. J’ai pris mon pouce, l’ai mis en l’air et j’ai activé BMdouble pied, le tout dans la bonne humeur.

Bon, je marche, marche, 3 minutes passent et je rencontre une dame agée qui regardait la route. Je lui pose alors la question à savoir si j’étais sur la bonne route, elle me répondit que oui, par contre j’avais encore un bon de chemin surtout à pied. Je la remerciais et continuais alors mon chemin.

Et tenais vous bien, à 18h25 j’étais sur les quai à Oissel. Un tchèque m’a pris après 3 minutes de stop et m’a déposé près de ma destination. Voilà le tour est joué.

C’est à peine si mon amie m’a cru et c’est à peine si je me suis cru avoir fait cela.
Je m’en fou car je recherchais cette joie que j’avais perdue et que je connaissais bien enfant. Vous savez, ce côté où nous ne voyons pas le temps passer lorsque nous faisons les choses.

Ça m’a fait un réel bien car durant ce « road trip » j’ai revécu plein de sensations que j’ai pu vivre et que maintenant je peux vous partager.
Le fait de vous partager ces moments, ces sensations, ces questionnements me procurent du plaisir.

Voilà ce qu’est vivre pour moi, me rapprocher de ce que j’Aime pour kiffer ma Vie et la Vie 💖

Ce que j’ai vécu est un muscle qui se bosse tous les jours.
Comment faire ?


Comment faîtes vous les amis pour vous rapprocher de vous?



2 réponses sur “Wouah: est le résultat. 3/3”

  1. Hé hé… J’ai été ravie de partager cet article en 3 parties. Tu m’as emmenée en promenade avec toi.
    Et oui, c’est tellement important de s’écouter, intérieurement et extérieurement. Mais moins les autres que les signes de son corps.
    À ne pas suffisamment le faire ces derniers temps, j’en suis arrivée à l’épuisement.
    Alors, en ayant pris conscience, j’ai choisi de me reposer et de répondre uniquement à mes besoins et envies, le temps que tout se remette dans l’ordre. Je n’oublie pas les engagements qui sont les miens, mais j’y mets plus de légèreté.

    1. Hello Ludivine,

      Merci pour ce retour. De nouvelles promenades et excursions sont à venir.
      Oui, il est important de répondre à ses besoins et envies pour remettre de l’ordre dans sa vie et ainsi par la même occasion de retrouver un réel sens à sa vie.
      Avancer avec plus de légèreté, c’est aussi avancer avec plus de force et de détermination.

      Bravo Ludivine et au plaisir,

      Jérôme Coach de Vie ❤

Répondre à Jérôme Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.