Ma vie est magique et je l’ai oubliée: 3ème partie.

Ce qui revient à dire que je connaissais inconsciemment ce schéma dont je n’arrivais pas à mettre de mots dessus. Et l’Amour pour ce schéma est présent en nous tous.
Nous avons le droit de choisir d’être heureux ou malheureux, se sont deux faces d’une même pièce.
Je ne dis pas que cela est facile, cependant en mettant en lumière la ou les faces que je condamnais sur ce schéma, je découvre l’envers du décor.
Ainsi, je vois et ressens Aujourd’hui que les inconvénients, ont aussi des avantages.
Et que les avantages ont aussi des inconvénients.

La jonction des avantages et inconvénients forment une synthèse, un point que nous pouvons retrouver dans les mots « Amour », « Relation », « Interdépendance » et sûrement d’autres mots que je découvrirais et qui viendront enrichir ma bibliothèque actuelle.
Je ne vais pas en chercher plus pour le moment, car ces mots se cultivent et s’entretiennent. Ils ont deux polarités, deux extrêmes et j’ai besoin d’embrasser ces deux parties pour les neutraliser et ainsi les implémenter en moi.
Afin de ne pas me retrouver dans cette part de fantasme, où je mets la personne sur un piédestal ou au contraire que je déteste cette personne et que je la fuis.

A vrai dire, au moment où j’en étais encore inconscient, je cherchais une sortie coût que coût. Je ne faisais pas de part de discernement entre avantages et inconvénients. Je ne voyais plus que les inconvénients de la dépendance.
J’étais tombé dans cette soif incontrôlée d’indépendance qui se manifestait plus fortement en moi. Hors problème, je ressentais bien ce malaise, cette frustration et je n’arrivais pourtant pas à l’exprimer clairement, ni même à le verbaliser.
J’étais incapable à ce moment de pouvoir structurer mes pensées, je m’étais lancé à fond en sens inverse selon un code que je ne comprenais pas et qui pourtant j’avais appris par coeur.

Cette notion « d’inverse » raisonne en moi depuis mon plus jeune âge, je suis déjà faux-gaucher. J’écris de la main gauche et tout le reste je le fais du côté droit.
Alors suis-je gaucher ou droitier?

Pour remettre de l’ordre dans ce chao ou bien augmenter ce chao, la vie m’a donné un coup de main, un raccourci ou un détour car grâce à cet accident survenu en 2006 j’ai reçu un cadeau, là encore déguisé.
Celui de tout foutre en l’air ce à quoi j’avais été programmé au travers une éducation que je ne supportais pas ou plus et qui pourtant m’avait été imposée, le pensais-je dur comme fer.
D’ailleurs, je pensais qu’il n’y avait pas d’autres solutions.

Lorsque je fais état du mot « éducation », je parle ici au sens général, je ne parle pas simplement ici de l’éducation des parents. Je parle aussi de l’éducation scolaire et extra-scolaire.

Maintenant, comment pouvoir être indépendant lorsque je me retrouve à 20 ans dans le coma et en couche culotte?

Je me suis à nouveau retrouvé dans une communication brutale tout comme l’est pour la communication d’un nouveau né, sauf que par chance ou malchance je savais placer des mots, chose qu’un nouveau né ne s’est pas encore faire.
J’étais à nouveau confronté à une dépendance toujours avec cette soif d’indépendance pour tenter de vivre ma vie.

Mais comment créer son cadre lorsque le jeu semble différent?
Effectivement sur la forme, le jeu est différent car je suis dans des conditions et des besoins de bébé avec un corps d’adulte quelque peu différent. Je le découvre et les envies qui vont avec, sauf qu’apparemment mon environnement me fait comprendre par le biais de différents moyens que je dois me bouger et vite. Donc rebelote.
Maintenant sur le fond, le jeu reste le même car j’ai les mêmes parents et heureusement que je les ai. Cependant ils ont les mêmes envies pour moi et veulent garder la même trajectoire, qu’ils m’imposent à nouveau avec les mêmes stratagèmes qui ne marchent plus comme avant sur moi car les forces des choses m’ont fait changer et amené à prendre conscience à un niveau que je ne maîtrise guère à ce moment donné.
Cependant leurs visions fonctionnent encore dans leur entourage. Donc à nouveau, je retombe dans ce processus de sens inverse.

La dépendance: très peu de valeur sur moi et beaucoup de valeur sur les autres.
L’indépendance: je ne mets que de la valeur sur moi et pas sur les autres.

Je ne peux pas ne fonctionnait sans les autres car je suis entouré:
– de choses construites par les êtres humains,
– de nourriture préparé d’autres êtres humains et que je mange,
– j’écris cet article sur un ordinateur que d’autres êtres humains ont créés,

Un jour je comprendrais tout cela plus en profondeur, ce qui me permettra de dire ensuite: « voilà pourquoi je l’ai vécu, pour intégrer cette magie de la vie en moi que j’oubliai bien trop souvent. »

J’ai vécu quelque chose qui n’était pas facile, mais j’ai décidé de croire que c’était le plus beau cadeau de ma vie.
Tout ce qu’on vit peut-être un cadeau, seulement si je le décide, si tu le décides, si nous le décidons et si vous le décidez.

En vivant en accord avec moi même, je peux être leader de ma vie.

Mais comment créer son cadre lorsque tout est à refaire?
Est-ce que je refais comme avant?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.